Y aurait-il quelque chose à cacher ?

La direction se garde bien de dire combien de salariés occupent des postes classés sensibles au TCR. Elle se garde bien de dire aussi combien de postes sont disponibles pour pouvoir reclasser tous ceux qui le souhaitent sur des activités cœur de métier, et si ces postes sont adaptés aux salariés venant des métiers non cœur. Elle se garde bien de donner le volume et les types de formation prévus pour réaliser ces reclassements…
Ces informations permettraient pourtant de savoir si tous les salariés auront le choix de partir ou de rester à Renault, et si ce choix se fera vraiment au volontariat comme l’annonce la direction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.