Toujours pas de PDG low cost

Avec la course à la baisse de salaires (250 € à Tanger, mieux qu’en Roumanie !) et le matraquage sur le coût du travail, il est étonnant qu’une source considérable de baisse des coûts n’ait toujours pas été identifiée : les rémunérations scandaleuses de certains membres du CEG (Comité Exécutif Groupe). Mais que fait la direction ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.