Étiquette : Rueil

Amiante assassin, Renault complice

La veuve d’Eric Cavé, salarié de Renault Rueil mort en 2010 à 53 ans d’un cancer broncho-pulmonaire, a obtenu la condamnation de Renault pour faute inexcusable. Le tribunal a jugé que Renault avait exposé son mari à l’amiante sans les précautions nécessaires. Une justice indulgente : sa veuve recevra 90000 € de dommages et intérêts. Pas cher payé.

Amiante : Renault devra indemniser une veuve

La veuve d’un salarié décédé en 2010 d’un cancer bronchopulmonaire recevra 90 000 € de dommages et intérêts.   La condamnation de Renault, l’ancien employeur de son défunt époux, pour « faute inexcusable », ne lui a pas redonné le sourire. Christine Cavé apprécie cependant que la justice ait fini par lui donner raison, après trois ans de combat. Cette habitante de Saint-Cloud a reçu le jugement du tribunal des affaires sociales de Nanterre le 24 septembre. Le constructeur automobile,…

Rueil : la fin et pas les moyens

La dernière vague de 450 salariés de Rueil est arrivée lundi au TCR. En tout ce sont 1200 salariés qui ont déménagé, avec des temps de trajets rallongés et des primes de mobilité à la baisse. Sans compter que leur implantation au TCR n’est pas toujours une sinécure : travaux non finis, espaces de travail occupés… Pourtant avec toutes les économies réalisées grâce à la fermeture de Rueil, la direction a les moyens d’en assurer toutes les conséquences pour les…

Rueil dans nos mémoires

La direction a organisé une course à pied entre Rueil et Guyancourt à l’occasion du transfert des salariés du CTR au TCR (900 salariés de Rueil arrivent au Technocentre en septembre). Tout un symbole ! La fermeture définitive du site Rueil va en effet faire courir de nombreux salariés, mais dans les transports. Certains ont d’ailleurs préféré partir en GPEC pour éviter des temps de trajet à rallonge et la valse des réorganisations. Renault s’était pourtant engagé dans l’accord compétitivité…

Le mouvement perpétuel

1 300 salariés vont devoir déménager au sein du TCR pour pouvoir accueillir en 2014 les collègues de Rueil. Un bazar de plus à gérer alors que le travail ne diminue pas. La Supply Chain, arrivée récemment du Gradient à l’Avancée, doit y retourner. Le déménagement de la DQ (Qualité) du Gradient au Diapason a été repoussé, et les salariés prévenus au dernier moment… Tout ça pour fermer Rueil.

Une fermeture facilitée par l’accord compétitivité

Le 8 juillet, la direction a annoncé la fermeture du Centre Technique de Rueil. Les grandes manœuvres commencent déjà au TCR, avec de nombreux déménagements internes pour caser tout le monde. 1 253 salariés sont sommés de déménager du CTR principalement au Technocentre, d’ici fin 2014. Et si certains préféraient à l’occasion quitter Renault, ce n’est pas la direction qui s’en plaindrait. Les suppressions d’emplois issues de l’accord de compétitivité permettent ainsi de fermer Rueil. On se souvient de l’arrêt…

Le losange qui tourne en rond

Résultat de l’arrêt du Projet Renault Losange, 360 salariés du Gradient de la Direction Commerciale retournent au Plessis, d’où ils venaient (et de Boulogne) il y a 2 ans. Et la réduction des coûts ?

Samsic Rueil : à travail égal, salaire égal

Les agents de la sécurité Samsic du site Renault Rueil ont fait grève du vendredi 10/12 au lundi 12/12. Ils revendiquaient notamment un alignement de leurs salaires sur ceux des agents Samsic de Lardy. Ces derniers avaient été augmentés récemment suite à une grève. La direction de Samsic a cédé et les grévistes ont repris le travail. A Lardy et Rueil, la grève rebondit comme une balle de ping-pong, du nettoyage à la sécurité. Et chaque fois, les salariés se…

Les grévistes de Samsic protègent leur pouvoir d’achat

Après ceux d’Isor à Renault Rueil, les salariés de Samsic à Lardy ont bien raison de lutter : après 3 jours de grève, ils ont obtenu une prime de 50 € mensuelle pour les hôtesses et de 100 € pour les agents de sécurité (qui devrait être incluse dans le salaire en 2012 pour ces derniers). Mais avec la renégociation des contrats de prestation, les cartes risquent d’être rebattues en 2012. Alors pour la sécurité de l’emploi et des salaires,…

Grève du nettoyage à Rueil et à Lardy

Les salariés d’Isor, qui assurent le nettoyage du CTR, sont en grève depuis mardi dernier pour une prime de 400 € qu’Isor leur avait promis avant de se rétracter sous prétexte de la renégociation du contrat de nettoyage avec Renault. La semaine précédente, les salariés de TFN à Lardy ont également fait un jour de grève : ils demandent 2 € de plus de l’heure. Ce ne sont pas aux salariés de payer les exigences de baisse des coûts de…

Le faux-vrai déménagement de Rueil

Selon le maire de Rueil, interviewé par Rueil-TV, « Renault ne restera pas définitivement à Rueil, ce n’est pas un non départ, c’est un départ retardé ». Le CTR devrait fermer d’ici 5 ans pour y construire un « éco-quartier » et une nouvelle gare. Le maire dit tenir ces informations de Ghosn lui-même, dont la décision définitive serait prise d’ici 4 mois. Que deviendront ceux de Reuil ? Après les cachotteries et l’arrêt du PRL, ils sont encore les…

Un PRL peut en cacher un autre : le faux-vrai déménagement de Renault Rueil

Carlos Ghosn a annoncé le 7 juillet 2011 la suspension du Projet Renault Losange (PRL), et notamment l’arrêt du déménagement du Centre Technique de Rueil (CTR) à Guyancourt, au grand soulagement de la majorité des salariés du site Renault de Rueil. L’arrêt brutal de ce projet, trois ans après son annonce et quelques mois avant son échéance, laisse toutefois plusieurs dizaines de salariés sur le carreau : certains salariés venaient en effet de déménager ou de changer leurs enfants d’école afin de…

La marque sans losange

Encore planté. Après les vrais-faux espions, le vrai-faux déménagement : la direction a arrêté le Projet Renault Losange lancé fin 2008. Celui-ci visait notamment à regrouper 4000 salariés de Rueil, Boulogne et du Plessis au Technocentre. Personne ne s’en plaindra. Sauf 168 salariés qui ont engagé des démarches pour se rapprocher, dont plusieurs dizaines qui ont déménagé ou changé leurs enfants l’école. Quand là haut ça branle dans le manche, ce sont ceux d’en bas qui trinquent.