Étiquette : Politique

À Whirlpool comme ailleurs, interdiction des licenciements !

Après 12 jours de grève chez Whirlpool Amiens, la direction a lâché des indemnités de licenciement allant jusqu’à 80 000 €. Cependant, la fermeture de l’usine va laisser plus de 500 travailleurs sur le carreau, s’ajoutant à tous ceux partis lors des plans sociaux depuis les années 1980. La faute à l’Europe, comme le prétendait Le Pen sur le parking de l’usine la semaine dernière ? Non, à celle des actionnaires, pas assez satisfaits des 850 millions de profits réalisés l’an dernier, et qui veulent…

1er mai : Manifestons à Paris à 14h30 place de la République

Le 1er Mai, c’est la journée internationale de lutte des travailleurs : l’occasion de montrer que nous ne nous laisserons pas faire, qui que soit l’élu au second tour. Faisons entendre nos revendications : augmentation des salaires, interdiction des licenciements, embauches dans le privé et le public… Contre les politiques d’austérité, c’est dans les luttes, dans la rue et les entreprises que ça se passe !

Guyane : les raisons de la colère

Une grève générale a débuté en Guyane. Les raisons du mécontentement sont multiples : pauvreté, chômage, sous‑effectif à EDF (d’où de fréquentes coupures de courant alors que des milliers d’habitants n’ont pas l’électricité), accès aux soins parfois impossible faute de personnel… Cette situation sociale catastrophique donne prétexte aux démagogues pour prétendre que misère et insécurité viendraient de l’immigration des pauvres venus du Brésil. Le Pen regrette les blocages de routes et la grève, mais jure qu’elle nommerait un ministre de l’Outre-mer…

Hollande entre la poire et le fromage

En visite à Renault Cléon, Hollande a été interpellé par des salariés qui lui ont rappelé que Renault, tout en touchant des aides publiques, supprimait des milliers d’emplois (Cléon est passé de 5000 salariés en 2006 à 3200 en 2017) tandis que l’intérim explosait (1800 intérimaires à Cléon). Pas de quoi inquiéter Hollande : il est en fin de contrat, mais lui n’ira pas pointer au chômage.

Retour à la terre

Des politiciens de tous bords ont rendu hommage à Xavier Beulin, le président du syndicat d’agriculteurs FNSEA, décédé la semaine dernière. Beulin était aussi à la tête du groupe Avril (Lesieur, Puget, œufs Matines, biocarburants…), une holding financière au chiffre d’affaires de plus de 6 milliards d’euros. Loin de défendre les intérêts des petits agriculteurs, dont le tiers gagne moins de 400 € par mois, Beulin défendait les gros céréaliers et les patrons de l’agro-business. Du syndicalisme génétiquement modifié.

Macron, l’ami des patrons

Enarque, inspecteur des finances, banquier chez Rothschild puis secrétaire général adjoint de l’Élysée et ministre de l’économie, Emmanuel Macron n’a rien d’un homme neuf, ni antisystème. Il compte parmi ses soutiens des députés, des sénateurs, le milliardaire Pierre Bergé, Xavier Niel, un directeur de SFR Médias, un directeur de Bouygues Télécom, Alain Minc (gourou du capitalisme français)… Pierre Gattaz trouve Macron « rafraîchissant » et son projet « intéressant ». C’est que le père du CICE et du Pacte de Responsabilité promet…