Étiquette : horaires

Une franchise à ne pas manquer

Tout salarié Renault a le droit de partir 2h plus tôt avant ses congés de fin d’année (4h en été). Sauf que cela n’a plus rien d’un cadeau : depuis l’accord compétitivité, les heures de franchise ont été exclues du temps de travail. Celui qui ne les prend pas travaille donc gratuitement. C’est peut-être Noël, mais puisque la direction ne fait pas de cadeau…

Quand la qualité dépend de la quantité

Dans le cadre de l’amélioration de la Qualité de Vie au Travail (QVT), le comité de direction de la DQ (Direction de la Qualité) a décidé de nouvelles règles de travail : pas de réunion avant 8h ni après 18h (15h le vendredi), une heure sans réunion entre 11h30 et 14h afin de garantir une plage déjeuner, et plus d’envoi de mails entre 20h30 et 7h, ni le week-end. Pourquoi pas. Mais cela ne changera rien à la surcharge de…

Le pompier pyromane

En plus des compteurs HV qui explosent, 46 cadres avaient observé moins de 11h de repos entre deux séances de travail semaine 47, et 92 ETAM avaient fait plus de 10h par jour. Pour le directeur des établissements d’IDF, « ces cas de figure ne doivent plus du tout se reproduire » (mail de Frenette du 10/12). Et de demander aux managers de « relayer fortement ces messages auprès de vos collaborateurs afin que des actions soient engagées rapidement. »…

Le CEF est supprimé, les magouilles continuent

Suite à la suppression du CEF au 1er juillet, les ETAM et APR en normale vont travailler 7 mn de moins par jour. C’est le résultat d’un long combat. La création du Compte Epargne Formation en 1999 avait pour effet de réduire le nombre de RTT liées aux 35h. Mais les compteurs de CEF gonflaient et la direction a essayé de les vider par des formations obligatoires. Des salariés ont alors résisté contre cette pratique illégale, pour laquelle Renault a…

Manque de franchise

L’accord de compétitivité va supprimer le CEF (Compte Epargne Formation). Ces heures, exclues en 1999 du temps de travail effectif pour atteindre les 35h, redeviennent donc du temps de travail effectif. Les APR et ETAM en normale récupèrent 30h/an, et feront du coup plus que 35h en moyenne sur l’année. Mais au lieu de réduire leurs horaires de 30h, ce sera 24h. Car la direction en profite pour exclure du temps de travail effectif les 6h de franchise (4h l’été…

7 mn, pas plus !

Au TCR, la fin du CEF entrainera au 1er juillet une diminution du temps de travail de 7 mn par jour pour les ETAM. Cela n’aura aucun impact pour les cadres en forfait jour, qui perdront la partie de leur CEF hors temps de travail effectif (4 jours). Il serait plus juste de compenser le CEF par 4 RTT. Ca bénéficierait aux cadres… et aux ETAM, qui en profiteraient plus que 7 mn en moins par jour.

Le CEF nous appartient

En supprimant le CEF, l’accord de compétitivité va obliger à modifier les horaires, car on ferait alors plus que 35h. La direction réfléchit à plusieurs hypothèses pour les ETAM : faire 7 mn de moins par jour ou 35 mn une fois par semaine. Ou bien passer de 20 à 27 mn de pause : une véritable provocation. Mais il y a une autre hypothèse : récupérer nos 4 jours de RTT transformés en CEF lors de l’accord 35h. Cela…

Les arnaques du réveillon

Au 31 décembre 2012, 35 % des salariés de l’établissement en Horaire Variable avaient un compteur excédentaire de plus de 5h, dont 11 % de plus de 10h. Un surtravail qui n’a jamais été payé, puisque les compteurs ont été remis à zéro et qu’au-delà de 5h, les heures ne pouvaient être capitalisées. On connaissait les dysfonctionnements et la lourdeur du dispositif, mais là c’est du vol pur et simple.

Atteinte au droit de grève

En plus de la déduire du salaire, la direction a voulu décompter l’heure de grève du 12 décembre du compteur Horaire Variable : une double retenue complètement illégale. Face aux protestations des grévistes, elle a dû revenir en arrière. Non mais !

Relevé des compteurs

Après avoir été manipulés jusqu’à la fin (repas non pris, franchises, re-crédit des heures de grève le 19 décembre…), les compteurs Horaires Variables ont été remis à zéro le 31/12. Dur à suivre. A la rentrée, il était en plus impossible de vérifier si les 5 premières heures positives avaient bien été basculées dans le Capital Temps Individuel (CTI). Les heures effectuées au-delà ont été carrément supprimées, mais pas perdues pour tout le monde…

Après l’horaire, le compteur variable

Décidément les Compteurs Horaire Variable n’en finissent pas de varier. La semaine dernière, on a appris que le système restituait 1h20 par repas-non-pris au lieu d’1h. D’où une reprise de 20 mn par repas. Mais certains compteurs ont été vidés plus que prévu. D’où une seconde annonce de la direction hier pour justifier cette ponction supplémentaire par un bug sur les franchises. Et il faudrait avoir confiance !

Une enquête à l’image du système

Les salariés du Technocentre sont invités à remplir une enquête en ligne « sur la maîtrise du temps de travail et l’horaire variable ». Une question en bloque plus d’un : « A qui vous adressez-vous en premier pour vos questions sur la maîtrise du temps de travail et l’horaire variable ? » Suit une liste de 4 réponses (Manager, Responsable RH, Agence RH, Autres) qu’il faut obligatoirement toutes classer pour poursuivre, même si on ne s’adresse jamais à elles…

Compte à rebours

A l’approche du 31 décembre, la direction craint le bug : des compteurs horaire variable pleins lors de la remise à zéro prévue, alors que toute heure travaillée doit être payée. Chacun est donc chargé de vider ses compteurs, partir plus tôt, poser des jours de récupération…, même si la charge reste forte. L’horaire variable, c’est plus de flexibilité, pas moins de charge de travail… et pas plus de liberté.

Le relevé des compteurs

Surprise lundi matin : les compteurs horaires variables affichaient zéro. Les heures capitalisées avaient disparu. Elles sont réapparues en fin d’après midi, toujours sans un mot d’explication. Il ne reste plus à espérer que des heures n’aient pas disparu définitivement des compteurs au passage…

Bouchons de rentrée

Le nouveau système de pointage a bien du mal à gérer toutes les situations des ETAM et APR, et ça bug dur dans le portail intranet : franchises d’été, déplacements, missions, télétravailleurs, temps partiels, travailleurs handicapés, représentants du personnel… Du travail en plus pour la rentrée ! Non seulement, ce système ne règle pas le problème de la charge de travail à l’origine des dépassements d’horaires, mais il en rajoute.