Étiquette : com’

A quand la symbiose travail-plaisir ?

Alors que les parkings sont saturés, la direction occupe en ce moment tout un parking du Gradient pour faire la com’ de Symbioz. Le dernier concept car de Renault est censé réaliser la symbiose de la voiture et du domicile. Plus facile de vendre du rêve que des places de parkings au Technocentre.    

L’amphi Gorges baisse… de niveau

Le 6 juin, le directeur des Marques et du Marketing Communication, Bastien Schupp, a fait son show à la convention de la Direction de la Qualité. Il a prié tout l’amphi Georges Besse de se lever, et de scander « French Design » et « Easy Life » en joignant ses mains pour former un losange. Une mauvaise reprise de la pub « tout le monde se lève pour Danette ». Renault et les crèmes dessert : même combat !

Social washing

Le 2 juin, des sociétés et associations financées par Mobiliz Invest s’exposaient dans le hall de la Ruche. L’occasion de faire la pub de Mobiliz Invest, une filiale que Renault présente « au service de l’entreprenariat social ». En fait, Mobiliz ne peut pas dépenser plus de 10 % de ses fonds en projets « solidaires », contre 55 à 80 % en placements financiers conventionnels. Et comme Mobiliz est financée par un plan d’épargne salariale, Renault fait en plus sa pub… grâce à l’argent des…

La direction nous met dehors

Histoire de montrer qu’il fait bon vivre au Technocentre, la direction organise un pique-nique le 21 juin. A moins que ce ne soit sa solution à l’engorgement des cantines ? On peut même commander son sandwich et ses chips chez Elior. Pique-niquer, c’est sympa entre amis ou en famille. Ça l’est moins quand c’est la direction qui l’organise.

Encore une enquête pour rien

D’après la dernière enquête satisfaction de la DISG (Direction de l’Immobilier et des Services généraux), seuls 37 % des salariés du TCR sont satisfaits de la restauration d’entreprise. Mais ce ne sont pas les plans d’action (tels qu’insonoriser les racks à verre ou ajouter des échelles à la dépose plateau) qui vont régler les problèmes de bruit et de file d’attente.

Espace publicitaire

Avec un nombre record de rappels (au moins 30 OTS depuis son lancement), le nouvel Espace a mauvaise presse. Pas sûr que les millions versés à Kevin Spacey pour en faire la pub suffisent à faire décoller les ventes, ni à assurer l’avenir de ce modèle que la direction ne va pas renouveler. Il aurait mieux valu mettre cet argent dans le Ticket d’Entrée du JFC.  

Les hommes du président

Ghosn était au TCR hier pour décerner ses President Awards. Parmi les nominés, on trouvait le directeur de la DEA-TD pressenti pour NewPDM. Pourtant ceux qui mériteraient une récompense, ce sont les milliers d’utilisateurs qui ont essuyé les plâtres et qui rament avec NewPDM. On trouvait aussi Matthieu Tenenbaum, l’un des 3 faux espions que Ghosn avait lui-même accusé à la télé ! Visiblement hier, il s’agissait de refaire l’histoire.

Renault entre nos mains ? Chiche !

« La marque Renault est entre nos mains » : c’est le thème de la nouvelle campagne de com’ interne. Son objectif ? Que chaque salarié contribue à « renforcer la perception de l’image de la marque Renault face à la concurrence », une image « French Design » et « Easy Life » ! Sauf que la vie au travail est tout sauf easy et que le french design a plutôt l’allure de la courbe du salaire de Ghosn. La marque Renault serait entre nos mains ? En tout cas, pas…

Technoparade

Après Amir (star de l’Eurovision), Kevin Spacey (star de la pub pour Renault Espace et de la série House of Cards) a eu son show au Technocentre. Qu’importe le coût de ces événements, des salariés « divertis » sont censés être plus productifs. Et ceux qui ne peuvent pas se payer un Espace ont quand même pu se faire prendre en photo avec Kevin.

Conventionnelles conventions

Avec la nouvelle année, c’est la saison de conventions. Chaque direction a droit à son show à l’amphi Gorges Besse, avec son et lumière. Consigne a manifestement été donnée aux directeurs de brosser les salariés dans le sens du poil : les remerciements pleuvent, pour féliciter les salariés d’avoir atteint – et même dépassé – les objectifs, et les inciter à en faire encore plus en 2017. Les difficultés quotidiennes pour atteindre ces objectifs et les sujets qui fâchent sont…

La mesquinerie comme crit’air

Renault a annoncé à grand renfort de com’, qu’il offrait la vignette Crit’Air aux acheteurs de véhicules neufs. 4,18 € la vignette : y a-t-il vraiment de quoi se vanter ? Qu’on se rassure, la générosité a ses limites : les salariés, qui achètent un véhicule Renault au BPV, et les acheteurs d’une voiture d’occasion, n’ont pas droit aux largesses de Renault. Faut pas pousser.

Langue de bois

Pour la presse économique, c’est clair : « Renault demande davantage de flexibilité à ses salariés » (La Tribune), « Le projet de Renault pour gagner en compétitivité » (Les Echos)… Mais la direction de Renault préfère parler de « Contrat d’activité pour une performance durable » ou d’« Accord pluri-annuel » plutôt que d’accord compétitivité. Plus c’est enrobé, plus ça cache quelque chose.

Ghosn, roi de l’intox

Et 3000 CDI de plus : c’est la nouvelle opération de com’ ! Les annonces d’embauches se succèdent chez Renault : un effet d’annonce car en fait les effectifs vont continuer à diminuer.

Humour vache

Ghosn a monté une opération de com’ avec des nouveaux embauchés au Mondial de l’Automobile. En guise de bienvenue, il leur a déclaré « vous n’allez pas vous ennuyer ». Et gare au burn-out !

Publicité mensongère

Dans les mesures compétitivité, la direction annonce que les bilans professionnels et de compétence seront maintenus. Sauf que les bilans de compétences ne sont ni proposés ni financés par Renault. Les salariés qui en font la demande en sont même dissuadés et orientés vers les bilans professionnels faits en internes. Encore un effet d’annonce.

Charité business

La direction Marketing et Merchandising vient de donner 24 000 t-shirts et autres polos de la gamme Red Bull F1 à l’Agence du Don en Nature (ADN). Un geste qualifiée sur Expli’Sites de « démarche business et citoyenne ». Business, c’est sûr : Renault n’a fait appel à l’ADN qu’après avoir vendu 10 000 de ces pièces sur vente-privee.com. Et le don permet d’économiser en coûts de stockage, d’en faire un coup de com’… et de bénéficier d’un avoir fiscal…