Sensibles, mais pas ménagés pour autant

Au compte-gouttes : c’est ainsi que la direction continue à dévoiler ses projets sur le devenir des salariés aux fonctions classées sensibles, c’est à dire en surnombre ou dont elle veut se débarrasser.
Et elle fait faire le sale boulot aux N+1 : ceux-ci devraient annoncer fin novembre à chacun le nom de sa fonction officielle et les « orientations GPEC (compétences stables, critiques et sensibles) ». Reste à savoir si ces informations permettront à tous de se situer dans la cartographie cœur/non cœur, et de savoir si son poste est classé sensible ou pas.
Ce n’est que lors des entretiens individuels, qui devraient être terminés avant fin janvier 2014, que chacun devrait savoir si son métier évolue ou non, et à quel plan d’action il aura droit. Histoire de passer entre-temps de bonnes fêtes de fin d’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.