Salariés en colère et dépités européens

La mobilisation des salariés partis dans le PRV (Plan Renault Volontariat) et qui se retrouvent en fin de droit à cause de la réforme des retraites, commence à porter ses fruits. La direction de Renault a d’abord dit qu’elle leur proposerait des missions temporaires jusqu’à leur retraite. Mais le Parlement européen vient d’écrire à Carlos Ghosn qu’il bloquait une subvention de 24,5 millions d’euros (que Renault avait demandée à l’Europe au titre du financement du PRV !) s’il ne trouvait pas une meilleure solution.
Moralité : il ne faut ni faire de mauvaises réformes, ni verser des subventions à des employeurs qui font des profits et qui suppriment des emplois, ni faire confiance à son patron quand il vous assure qu’il a tout prévu pour votre départ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.