Salaires variables : un rêve de patron

La direction de Renault et ses partenaires syndicaux viennent de signer un nouvel accord sur l’intéressement aux résultats financiers. Ceux-ci poursuivent le but affiché dans l’accord compétitivité : privilégier la part variable au détriment de la part fixe du salaire (AGS et AI).
Les primes versées de 2015 à 2017 dépendront du niveau de la Marge Opérationnelle (MOP) et d’un Free Cash Flow positif. Elles restent hiérarchisées : plus le salaire est élevé, plus la prime sera grosse.
Pour toucher cette carotte, il faudra travailler plus, plus vite, réduire les coûts… et ne pas traverser une nouvelle crise économique. Le bonheur, quoi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.