La sainte alliance contre les peuples

Ce lundi, au moment où s’ouvrait à Paris une première conférence internationale pour mener la guerre en contre les djihadistes de l’Etat Islamique (EI), l’aviation militaire française effectuait ses premiers raids sur l’Irak. Une guerre de plus s’ouvre.

L’enfer c’est toujours pour les autres

A la différence de la précédente guerre d’Irak, ou de celle d’Afghanistan qui dure depuis 13 ans, Obama promet aux Américains qu’il n’y aurait pas de troupes US au sol. Les USA se réserveront le ciel, bombardements et frappes « ciblées ». Hollande vient de lui emboîter le pas. Mais l’enfer sera bel et bien au sol. Il y sera pour les populations irakiennes une fois de plus victimes de bombes, des immeubles rasés au nom de la chasse aux islamistes, en plus d’être déjà victimes de la tyrannie de ceux-ci.

Oui la barbarie des bandes armées de l’EI est révoltante. Pas seulement quand elles assassinent des otages européens ou américains, mais par les crimes et exactions bien plus nombreux exercés contre la population.

Mais cette barbarie n’est que le produit de la barbarie des guerres qu’y mènent depuis des années les grandes puissances pour conserver leur domination sur la région et son pétrole.

D’où vient l’Etat Islamique ?

Car d’où viennent ces troupes qui se proclament Etat Islamique ? Avant de venir de Syrie, ce sont les bombardements puis la répression de toutes manifestations populaires en Irak qui leur a permis de recruter parmi les jeunes irakiens désespérés ou révoltés.

terroristeCe fut par exemple en 2004 le massacre de Fallouja, où l’armée américaine, pour mater des manifestations, avait assiégé la ville, utilisé des bombes incendiaires et des munitions à l’uranium appauvri, causant des exodes de population et des naissances d’enfants difformes. En 2012-2013 de nouvelles répressions s’abattaient sur la ville, de la part du gouvernement de Bagdad mis en place par les USA, cette fois. Quoi d’étonnant que Fallouja ait été, dès janvier 2014, la première ville occupée sans peine par les troupes de l’EI, avec l’appui des chefs tribaux locaux ?

Une grande coalition de tous les assassins

Il suffit de lire la liste des invités de la conférence de Paris pour avoir la liste des véritables responsables du chaos au Moyen Orient.

Arabie Saoudite et Qatar sont là, qui ont été les principaux financiers des troupes de l’EI en Syrie.

Comme la Turquie, dirigée par l’islamiste Erdogan, qui facilitait le passage par sa frontière des combattants djihadistes et finançait certains d’entre eux. Car chacun d’entre eux tente de placer ses pions en Syrie pour l’après Assad. Sous l’œil vigilant des USA et de l’Europe qui laissent faire tant que cela permet de noyer sous les bombes la révolte sociale qui avait éclaté en Syrie en mars 2011, dans la foulée de celles de Tunisie et d’Egypte.

Présent aussi l’Egypte où l’armée continue la répression pour tenter d’en finir avec cette jeunesse qui avait manifesté sur la place Tahrir, d’interdire les grèves ouvrières qui avaient joué un si grand rôle dans la chute du dictateur Moubarak. Comme est présent le représentant du Bahrein qui ne doit la survie de sa dictature qu’à l’écrasement de la révolte de 2011 par l’armée saoudienne.

Une guerre sans fin

La guerre de Libye de 2011 avait été menée exactement sur le modèle de celle qu’on nous promet pour l’Irak : au sol les bandes armées de chefs locaux et des troupes financées et entraînées par le Qatar, pendant que France, USA et Grande Bretagne se chargeaient des frappes aériennes (et du guidage des opérations au sol). Il ne s’agissait pas tant de renverser Kadhafi, que d’éviter que ce soit le peuple libyen qui le renverse lui-même. Aujourd’hui on a un pays en plein chaos.

La nouvelle guerre qui débute en Irak sera un prétendu « remède » pire que le mal. Mais pour tous ces gens-là, mieux vaut le chaos que la révolte sociale de ceux qui réclament pain et liberté.

 

Éditorial des bulletins d’entreprise du 15 septembre 2014

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.