Quand le profit va, rien ne va

Renault a supprimé 1885 emplois en 2013 et 1881 en 2014. Soit une baisse de 10 % des effectifs en France en deux ans. Les 1000 recrutements annoncés n’inverseront pas la tendance. Au TCR, si l’on ne tient pas compte de l’arrivée des 1200 salariés de Rueil, 340 postes ont été supprimés rien qu’en 2014, soit 4 % de l’effectif total.
Ce massacre dans les emplois se reproduit à grande échelle dans l’ensemble de l’économie, d’où la hausse du chômage. Les profits n’ont, par contre, jamais été aussi élevés. De là à y voir un lien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.