On n’oublie pas

Jeudi dernier, la Cour d’appel de Versailles a condamné Renault pour faute inexcusable ayant mené au suicide d’Hervé, un collègue technicien qui s’était noyé dans le bassin de rétention du Technocentre en janvier 2007.

Selon les juges, « Renault n’a pas pris les mesures nécessaires pour préserver Hervé T. du danger auquel il était exposé en raison de la pénibilité avérée de ses conditions de travail et de la dégradation continue de celles-ci », et ils pointent du doigt les hiérarchiques d’Hervé qui « n’ont jamais réellement cherché à améliorer ses conditions de travail et n’ont jamais contrôlé ses horaires de travail » de 10 à 12 heures par jour en janvier 2007.

Un combat mené par la famille d’Hervé, à l’origine de la plainte, qui est toujours d’actualité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.