Niche fiscale

Grâce à diverses opérations comptables, Renault n’a payé que 24 % d’impôts sur le bénéfice en 2012 au lieu de 36 %. Et devinez à qui on demande ensuite de combler les déficits publics ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.