Mort dans d’atroces souffrances

Le 7 novembre 2011, la cour d’appel de Limoges a reconnu que Renault avait commis une faute inexcusable envers Raymond Dumas mort en 2006 d’une asbestose, une maladie liée à l’inhalation d’amiante durant ses 36 années d’activité à Renault Billancourt, dont une partie à l’atelier 57.
« De la gêne respiratoire à l’étouffement malgré l’appareil à oxygène, de l’affaiblissement à un délabrement physique total, Raymond a vécu au cours des cinq dernières années de sa vie une déchéance progressive et inéluctable, dans l’angoisse et la douleur tant physique que morale », peut-on lire dans l’arrêt de la Cour d’Appel pour qui Renault « ne pouvait ignorer les risques pour la santé résultant de l’inhalation de poussières d’amiante en l’état des connaissances scientifiques et médicales de l’époque ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.