L’étincelle du 2 mars 2021

Salaire des mauvais jours

Les Négociations Annuelles Obligatoires auraient abouti à 0,3 % d’augmentation en 2021 selon la direction. En fait, 0,2 % concernent des augmen-tations mécaniques liées à l’ancienneté. Il reste donc 0,1 % pour de rares bénéficiaires. C’est donc un blocage des salaires. Silence par contre sur les primes des dirigeants. Si on savait combien ils gagnent pour restructurer, ça pourrait mettre en colère.

Technocentre à vendre

Après avoir externalisé à tour de bras ces dernières années, Renault va s’auto-externaliser… en mettant en vente sa Société Civile Immobilière, la Foncière SCI Plateau de Guyancourt filiale de Renault et propriétaire du Technocentre, d’ici 2022. Si ce projet se confirme, Renault devra donc louer ses propres locaux pour que ses salariés puissent y travailler. Jusqu’où s’arrêtera la direction de Renault pour trouver du cash ?

Une forteresse en papier

N’ayant plus besoin d’autant de surface suite aux externalisations, aux délocalisations et aux bureaux partagés, la direction de Renault envisage de ne plus occuper qu’une partie du Technocentre, laissant le Gradient, l’Odyssée et même l’Avancée à d’autres entreprises. « Nous allons confirmer le rôle du Technocentre comme une forteresse de la technologie de Renault et tout faire pour concentrer ces moyens, les rendre plus puissants dans l’avenir », affirmait encore Jean-Dominique Senard en novembre 2020. Au vu des projets immobiliers, ça ne saute pas aux yeux.

Des volontaires désignés d’office

Renault délocalise les bancs HIL des ateliers 7B/9B de la Ruche. Les prestataires de Serma, qui les exploitent, perdent ainsi leur job. Mais avant, Renault leur demande de former leurs remplaçants indiens. La semaine dernière, plusieurs dizaines d’entre eux ont été convoqués au siège de Serma à Guyancourt pour les forcer à signer des candidatures à une Rupture Conventionnelle Collective. Des candidatures spontanées et bien-sûr volontaires …

Les sur-Douai de la grève

Le 17 février, plus de 150 salariés de Renault Douai ont débrayé spontanément contre une hausse de la cadence du montage de 27 à 30 véhicules par heure. Une quarantaine d’entre eux ont interpelé des chefs dans leurs bureaux. A Douai, 200 salariés sont sans travail et mis au chômage partiel, et les intérimaires ont été renvoyés. Il y a du travail pour tous, à condition de le partager. Plus de quatre heures de débrayage ont obligé la direction à remettre la cadence à 27 véhicules. Comme quoi, rien ne vaut un bon débrayage !

C’est quand les vraies vacances ?

Le chômage partiel un jour par semaine va durer au moins jusqu’au 13 août, et il n‘y aura quasiment plus de dérogations. En plus de la perte d’un jour de congé sur cinq chômés, il faudra poser aussi trois jours de congés entre avril et mai. Il ne va pas rester grand-chose pour les congés d’été.

Aide-toi, le partiel t’aidera

La direction demande de réduire l’activité pour s’adapter au chômage partiel. D’habitude, c’est l’inverse. Ce détournement du chômage partiel doit permettre à Renault d’économiser 20% sur la masse salariale… aux frais du contribuable et des salariés.

Service minimum

Renault met la pression sur les sociétés prestataires qui s’occupent des Services aux résidents. Ces rabais sur leurs contrats se traduisent par des suppressions d’emploi au TCR avec mutations ou licenciements comme à Elior ou Engie. Ces gros groupes ne sont pas sur la paille. En cas de baisse d’activité, il faut baisser le temps de travail pour que tout le monde garde son emploi.

Un fauteuil pour deux

La première tranche des travaux de rénovation des plateaux tertiaires de la Ruche se termine. Les équipes projet Echo, CMFB ou de la Mécanique vont s’installer bientôt aux connecteurs 5A/5B, où une mauvaise surprise les attend : les bureaux partagés, avec un ratio d’un bureau pour deux salariés. Ce n’est pourtant pas la place qui manque au TCR.

Carton rouge

À partir du 15 mars, une partie des salariés vont déménager dans les nouveaux plateaux du Re-TCR. Un déménagement allégé puisqu’il faut aussi passer au tout digital : plus d’armoire, de papiers, et même plus de bureau personnel. Ça fait rêver.

Le zèle De Meo-phytes

A quoi servent les directeurs du Design ? Une question qui se pose depuis que Luca De Meo n’arrête pas de revoir les designs des nouveaux véhicules. On voit que ce n’est pas lui qui se tape le boulot pour tout refaire ensuite.

Même pas mal

Renault annonce 8 milliards de pertes en 2020, mais cela a fait à peine baisser l’action Renault. Elle a même été multipliée par 2,5 depuis le 1er confinement. Plus Renault supprime des emplois, plus les investisseurs sont satisfaits et plus l’action monte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.