L’éthique de langage

L

Le Conseil d’Administration de Renault a tiré un trait sur Ghosn et promis-juré qu’on ne l’y reprendra plus. La preuve : il a créé un Comité de l’éthique et de la Responsabilité Sociale de l’Entreprise, dirigée par l’ancienne présidente du comité des rémunérations, Marie-Annick Darmaillac.

On a pu en effet juger son sens de l’éthique des rémunérations sous l’ère Ghosn. Darmaillac est même mise en cause dans une enquête pour trafic d’influence au profit du milliardaire Vincent Bolloré dont elle est aussi une collaboratrice. Une candidate idéale, donc, pour diriger l’éthique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.