Les suppressions d’effectifs, ça suffit

Plusieurs centaines de salariés de Renault Flins ont débrayé deux heures le 17 octobre. Ils protestaient contre les 371 suppressions de postes prévues hors production, ainsi que contre la surcharge de travail et les risques d’accident qui en résultent.
Les sous-effectifs touchent de nombreux secteurs, en usine comme dans le tertiaire et l’ingénierie. Alors que dans d’autres, on chôme. Et si on s’y mettait tous ensemble pour obtenir des embauches et la répartition du travail entre tous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.