Les piégés du PRV

En 2008 et 2009, la direction a incité de nombreux salariés de plus de 56 ans à partir dans le PRV (Plan Renault Volontariat), leur assurant qu’ils toucheraient les ASSEDIC jusqu’à leur retraite.
Mais avec l’aggravation des critères d’âge et de cotisation, plusieurs centaines d’entre eux nés entre 1952 et 1954 seront en fin de droit avant la retraite.
Grand prince, le DRH France de Renault, Jean Agulhon, leur a promis d’« examiner la possibilité d’une mission temporaire » après leur chômage. Le minimum, ce serait qu’ils soient indemnisés jusqu’à la retraite sans devoir retourner au travail à 60 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.