Le Mondial de la contestation

Cette semaine s’ouvre la Coupe du monde de football dont les exploits sportifs feront vibrer et discuter un large pan de l’humanité. Les projecteurs se sont posés au « pays du football », le Brésil, titré à cinq reprises.
Mais une grande partie de la population brésilienne développe son jeu sur son propre terrain depuis des mois. Dans la nation du football, 54% des Brésiliens pensent même que le Mondial leur apportera plus de préjudices que d’avantages, selon un sondage publié dimanche dans le pays.
Les étudiants, les paysans et les travailleurs brésiliens se saisissent de l’événement pour avancer leurs revendications et dénoncer le coût exorbitant de l’opération.

Le revers de la médaille

Les commentateurs parlent du « miracle économique » du Brésil. Pourtant, à l’image des luttes des travailleurs d’Afrique du Sud lors du dernier Mondial, les mobilisations de la population brésilienne dévoilent l’envers du décor. Ni la classe ouvrière, ni la population pauvre n’ont profité des importants profits des grandes entreprises brésiliennes. Au contraire, les inégalités sociales se creusent. L’inflation, en pleine reprise, croque le pouvoir d’achat alors que les salaires stagnent.
On mesure d’autant mieux l’écœurement de la population face aux 11 milliards de dollars versés par l’État brésilien pour financer la compétition, que les dépenses publiques ont été réduites de 6 milliards. Et en parallèle des coupes dans les prestations sociales, les prix s’envolent à cause des dépenses somptuaires du tournoi.
Et pas question de laisser les favelas « gâcher » la compétition. Il faut faire place nette pour accueillir les touristes. D’où le déplacement quasiment sans compensation de dizaines de milliers de Brésiliens. Entretemps, les patrons se sont gavés d’argent public en facturant la construction, la rénovation et l’exploitation des infrastructures de la coupe à des tarifs prohibitifs. 415 millions d’euros ont été déboursés par l’État pour rénover un unique stade ! L’organisation d’un championnat de cette ampleur est l’occasion pour les États de céder des marchés publics aux multinationales qu’ils protègent.

Quand FIFA rime avec Mafia

Dès le choix du pays d’accueil, ce tournoi est une histoire de gros sous. L’attribution de la coupe est un moment privilégié pour les gouvernements des pays riches : ils marchandent l’événement avec les puissances émergentes ou financières.
En témoignent l’octroi du Mondial 2022 au Qatar, en dépit du bon sens. Le principal dirigeant de la Fifa a d’ailleurs dénoncé une erreur commise sous les pressions politiques de la France et de l’Allemagne. Le journal britannique Sunday Times affirme qu’un ancien haut responsable du football qatari aurait déboursé cinq millions de dollars pour obtenir le soutien de plusieurs représentants du football international à la candidature du Qatar.
Ça ne serait que la corruption et leur sale cuisine capitaliste, s’il n’y avait pas déjà plus de mille jeunes ouvriers décédés dans les camps de travail qataris que sont les chantiers des stades !

« Coupe sans le peuple, nous revoilà dans la rue! »

De son côté, la population brésilienne a sifflé le coup d’envoi de la contestation : en juin 2013, un million de Brésiliens ont défilé contre l’arnaque financière du Mondial. Depuis, les coups de colère se sont multipliés : manifestations des paysans sans terre, grève des profs, des étudiants, des conducteurs de bus…
La grève des employés du métro de Sao Paulo pour des augmentations de salaire a provoqué plus de 200 km de bouchons : un avant-goût de ce que pourraient entraîner les mobilisations des travailleurs brésiliens lors de la compétition… Trois jours avant le début du Mondial, le tribunal du travail de Sao Paulo a déclaré la grève illégale. 60 grévistes ont déjà été licenciés, tandis que le gouvernement fait intervenir la police militaire.
Devant une flopée de caméras internationales, la population brésilienne pave la voie à suivre : de la Coupe du monde de foot au tour du monde des contestations !

Editorial des bulletins d’entreprise du 9 juin 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.