Le lock out n’évite pas le danger

Comme par hasard, les salariés de Douai et de Sandouville ont été mis en congés forcés ou au chômage technique vendredi 24 février, jour de l’annonce des NAO et de la prime d’intéressement, puis toute la semaine dernière. La direction craignait-elle qu’ils laissent exprimer leur joie dans l’usine ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.