La dure vie du révisionnisme

Le TGI de Paris a débouté les héritiers de Louis Renault qui contestent la nationalisation de Renault en 1945 et réclament une réparation financière. Selon eux, Louis Renault n’aurait pas collaboré avec les nazis, il aurait agi « sous la contrainte ». Un peu plus et ils vont en faire un résistant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.