Il reste de la poussière sous le tapis

Billig paye pour les problèmes actuels sur JFC (nouvel Espace), BFB (Mégane) et les mauvais retours clients sur Clio IV et Captur. Son débarquement est une manière de dédouaner l’ensemble de la direction de Renault.
Mais qui a recruté et défini les objectifs de Billig, validé les réorgs, mis en place V3P, les réductions d’effectifs et des budgets, etc. ? Oui, un coup de balai s’impose, mais pour changer véritablement de cap. Et il n’y a que les salariés qui pourraient le donner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.