En panne décence

Le ministre de l’économie, Moscovici, a appelé Ghosn à faire un « effort de décence » en « modérant » son salaire. Diable, que d’audace !
Mais même si Ghosn renonçait à sa part variable chez Renault (1,6 millions en 2012), il lui resterait 1,3 millions de part fixe. Sans oublier sa rémunération chez Nissan (9,9 millions d’euros en 2012). Pour les efforts comme pour le reste, il y en a qui sont plus égaux que d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.