Des niches en or massif

Parmi les niches fiscales, celles permettant de réduire l’impôt sur les sociétés arrivent en tête avec 67 milliards d’euros/an. Ainsi Renault, au lieu de
payer 778 millions d’euros d’impôt en 2010, n’en a payé que 58 millions. Son taux d’imposition est passé de 34,43 % à 2,5 % ! Il était de 11 % en 2009.
Dans ces niches fiscales, on compte bien sûr le crédit impôt recherche, l’effet des différences entre les taux locaux et les taux d’imposition français et surtout la taxation à taux réduit des plus-values provenant de la cession des titres de participation (dite « niche Copé »). En 2010, la vente des actions d’AB Volvo a ainsi permis à Renault de bénéficier de 650 millions d’euros de réduction d’impôt.
Ce qui vérifie bien l’adage selon lequel plus on est riche, moins on paye d’impôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.