Délit de sale gueule

La Cour de cassation vient de confirmer la condamnation de Renault pour « discrimination raciale dans l’emploi » envers un cadre de Billancourt embauché en 1970. La moindre progression salariale de Boubakar Soumaré avait entraîné un manque à gagner estimé à 34 800 euros par an par rapport à ses collègues de même niveau. Renault a été condamné à lui verser 249 000 € de dommages et intérêts. Un jugement que Renault a tenté de faire casser. Perdu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.