Dégâts collatéraux

Jeudi 10 et vendredi 11 avril, l’usine Renault de Douai a été paralysée par la grève du sous-traitant SAS Automotive Systems, installé dans le parc fournisseurs autour du site. Les 120 salariés de SAS à qui Renault a annoncé qu’il reprenait leur activité, exigent qu’ils soient tous repris par Renault.
L’accord de compétitivité prévoit 8260 suppressions d’emplois… à Renault. Et combien chez les fournisseurs et chez les prestataires ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.