Catégorie : Suicides

Suicide d’un salarié sur le site Renault du Plessis-Robinson

Un salarié de Renault âgé de 54 ans s’est suicidé lundi sur le site du Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine), sans que les raisons de son geste soient pour l’heure connues, a indiqué mardi l’entreprise. Employé au service des relations clients, l’homme a été découvert mort par pendaison lundi matin par des collègues. Entré chez Renault en 1980, il était marié et père de deux filles. Le premier suicide sur ce site tertiaire « C’est un choc tant pour sa famille que pour…

A Cléon, Renault sommé de prévenir les suicides

Après deux suicides dans l’usine de Cléon, la Sécurité sociale donne six mois à Renault pour mettre en place un plan d’action contre les risques psychosociaux. À la clé, la menace d’une augmentation du taux de cotisation. Deux suicides en un an dans une usine suffisent-ils à impulser une véritable politique de prévention dans une grande entreprise ? Rien n’est moins sûr, si l’on en croit le cas du site Renault de Cléon en Seine-Maritime, dont la direction vient de se…

Suicide d’un salarié d’Altran

Le 13 mai dernier, un salarié d’Altran de 41 ans s’est jeté du dernier étage du siège social d’Altran à Bruxelles. Il était en inter-contrat depuis 2 mois. Les syndicats dénoncent des pressions en hausse : mobilités imposées dès le 1er jour d’inter-contrat avec licenciement en cas de refus, salariés poussés à la démission, réduction des remboursements de frais… Les baisses d’activité et les réductions de coûts touchent les prestataires, comme les salariés des sociétés « clientes » comme Renault.…

Tentative de suicide au Technocentre

Le 13 février à 18h45, une salariée de Rueil, en déplacement au TCR, a été retrouvée inconsciente sur le parking du Pré Clos, et emmenée d’urgence à l’hôpital. Enfermée dans une voiture, elle avait avalé des médicaments et s’était ouvert les veines. Pour savoir si cette tentative de suicide était liée au travail, il ne faudra pas compter sur la direction. De son côté, c’est encore une fois l’omerta.

Les salariés de Renault Cléon rendent hommage à leur collègue

Suite au suicide d’un salarié, jeudi 30 janvier 2014, les salariés de l’usine cléonnaise ont cessé le travail à trois reprise ce mardi 4 février. Quatre enquêtes (du CHSCT, de l’Inspection du travail, de la Carsat et de la police) sont en cours pour déterminer les circonstances du drame qui a frappé, pour la seconde fois en neuf mois, l’usine de Renault Cléon. Un mouvement de solidarité s’est exprimé ce mardi 4 février. Étaient prévus trois rassemblements, à 10, 15…

Renault se casse les dents

Condamné en mai 2012 pour faute inexcusable dans le suicide d’Hervé Tizon, un technicien qui s’est noyé au Technocentre en 2007, la direction de Renault ne reconnait toujours pas sa responsabilité et a tenté de casser ce jugement en se pourvoyant en Cassation. Mais les juges ont rejeté ce pourvoi la semaine dernière, et confirmé la responsabilité de Renault dans ce suicide. Définitivement cette fois-ci.

Le pourvoi en cassation de Renault sur le suicide d’Hérvé Tizon rejeté

  Dernier acte d’une tragédie : celle du suicide d’Hervé Tizon en 2007, technicien au Technocentre Renault de Guyancourt.   En 2012, la cour d’appel de Versailles jugeait l’entreprise Renault coupable de faute inexcusable après le suicide d’Hervé (Cour d’Appel de Versailles, 10 mai 2012, n° 10/05488).   La direction de Renault décide alors de se pourvoir en cassation.   Elle veut faire valoir que les éléments constitutifs d’une faute inexcusable ne sont pas réunis au plan des règles de droit, pour que sa responsabilité…

Suicide au technocentre : une « faute inexcusable » de Renault

Le suicide d’un salarié de Renault en février 2007 a été reconnu comme étant dû à une « faute inexcusable » du constructeur automobile, dans une décision rendue ce jeudi par le Tribunal des Affaires de la Sécurité Sociale (Tass) de Versailles (Yvelines). Le Tass a condamné Renault à verser 50 000 € à la veuve du salarié et 50 000 € à son fils, au titre des dommages et intérêts. Déjà reconnu comme accident du travail Raymond D., technicien…

Renault Cléon : un salarié dénonce Renault dans une lettre avant de se suicider

Un mécanicien de 35 ans s’est suicidé sur son lieu de travail à l’usine Renault de Cléon, dans la nuit du dimanche 21 au lundi 22 avril. Ce père de deux enfants a été retrouvé par ses collègues vers 6h du matin, pendu dans l’atelier où il travaillait. Cédric N. revenait de congés et avait repris en équipe de nuit. Il a laissé sur place deux lettres, une pour sa famille et l’autre à l’attention de la direction. Dans ce second courrier, Cédric écrit :…

Tentative de suicide à Lardy

Mardi dernier, un salarié de Renault Lardy s’est donné deux coups de couteaux au L11, sans arriver heureusement à ses fins. Initialement au contrôle moteur, il a enchaîné 4 postes en 3 ans. Mutations forcées suite à des réorganisations, boulot infaisable, absence de moyens… A l’évidence pour ses collègues, c’est le travail qui l’a poussé à ce geste.  

Suicides : Renault condamné pour atteinte à la vie personnelle et familiale

La famille de Raymond D., technicien au Technocentre de Guyancourt (Yvelines), qui s’est suicidé en février 2007, a récemment obtenu réparation pour atteinte par le constructeur Renault à la vie personnelle et familiale du salarié. Le conseil des prud’hommes de Versailles a condamné Renault le 15 mai 2012 à verser au total 6.300 euros à la veuve du salarié pour des heures supplémentaires non payées et au titre des dommages et intérêts “pour non respect du droit à la vie personnelle…

On n’oublie pas

Jeudi dernier, la Cour d’appel de Versailles a condamné Renault pour faute inexcusable ayant mené au suicide d’Hervé, un collègue technicien qui s’était noyé dans le bassin de rétention du Technocentre en janvier 2007. Selon les juges, « Renault n’a pas pris les mesures nécessaires pour préserver Hervé T. du danger auquel il était exposé en raison de la pénibilité avérée de ses conditions de travail et de la dégradation continue de celles-ci », et ils pointent du doigt les…

Suicide d’un salarié : Renault jugé responsable d’une “faute inexcusable”

Le suicide d’un salarié de Renault en 2007 est “dû à la faute inexcusable” du constructeur automobile, selon un arrêt rendu jeudi par la cour d’appel de Versailles. L’homme de 45 ans avait été retrouvé noyé en 2007 aux abords du Techno-centre de Guyancourt. Alors que le tribunal des affaires de sécurité sociale de Versailles avait écarté en novembre 2010, la “faute inexcusable” de Renault pour expliquer la mort d’un technicien informatique sur le techno-centre de Guyancourt (Yvelines), la cour…

Le courage d’affronter Renault

Le 13 mars, les frères et soeur d’Hervé Tizon, qui s’est noyé en 2007 au Technocentre juste après son entretien annuel, étaient de nouveau au tribunal pour faire reconnaître la responsabilité de Renault dans son suicide. Renault invoque toujours les soi-disant problèmes personnels d’Hervé qui aurait travaillé 9 à 14h par jour car il vivait seul ! La cour d’appel de Versailles doit statuer le 10 mai.

La bataille de Tatiana et Sylvie

Leurs maris travaillaient au technocentre de Renault à Guyancourt. Employés modèles, ils se sont suicidés à quelques mois d’intervalles, il y a trois ans. Depuis, leurs femmes se battent pour faire reconnaître leurs gestes en accidents du travail et condamner Renault pour faute inexcusable.   A écouter sur France Culture (24 janvier 2012)    

Suicides au travail : Renault au pénal

La famille d’Hervé, qui s’est suicidé en 2007 au TCR, a déposé une plainte pénale pour « harcèlement moral, homicide involontaire et mise en danger de la vie d’autrui ». La plainte, soutenue par le syndicat SUD, vise les fortes pressions exercées sur Hervé, un défaut de formation ou encore un manque de soutien malgré une première tentative de suicide en 2006. Cette plainte, la première au Pénal, est le début d’une longue procédure qui, si elle aboutissait, permettrait de lutter contre…