Catégorie : l’étincelle du 20 juin 2017

Déplacements qui ne rapportent rien

Mobilité, international… Ce sont les mantras préférés de la direction, qui s’échine pourtant à gâcher les déplacements professionnels. Grâce à TravelDoo d’abord, qui compose automatiquement des escales à rallonge pour réduire le coût des vols, ou réserve des places TGV en 1ère classe à un cadre quand son collègue technicien est en 2nde… La pression est également forte pour réduire le montant des factures, même si elles respectent les plafonds autorisés. Et gare à ceux qui les auraient dépassés : ils…

L’amphi Gorges baisse… de niveau

Le 6 juin, le directeur des Marques et du Marketing Communication, Bastien Schupp, a fait son show à la convention de la Direction de la Qualité. Il a prié tout l’amphi Georges Besse de se lever, et de scander « French Design » et « Easy Life » en joignant ses mains pour former un losange. Une mauvaise reprise de la pub « tout le monde se lève pour Danette ». Renault et les crèmes dessert : même combat !

Satisfait ou (pas) remboursé

A la convention de la Direction Qualité et de la Satisfaction Client, son directeur a disserté sur les mauvais résultats, pardon les « points à améliorer », de l’enquête Hay : organisation du travail, reconnaissance, promotions et mobilités internes, com’. La satisfaction du salarié, ce n’est toujours pas ça.

Déconnexion : la pilule est Yammer

Yammer, le nouveau « réseau social d’entreprise », est censé « marquer une nouvelle étape dans la transformation digitale » de Renault. Il permet de connecter « les salariés en tout lieu et depuis n’importe quel appareil ». Il y avait déjà Outlook, Skype, le PC portable à la maison… C’est ça la politique de Renault pour le droit à la déconnexion ?

Autocongratulation

Marie-Françoise Damesin, la DRH de l’Alliance et du Groupe Renault, a reçu le prix du DRH de l’année. Si le jury n’avait pas été composé de DRH d’autres entreprises, mais de salariés Renault, c’est sûr que le verdict n’aurait pas été le même.

Le vote du portefeuille

53 % des actionnaires ont approuvé la rémunération de Ghosn. C’est passé de justesse. Mais la direction a su flatter les actionnaires et leurs conseillers, comme la société ISS, qui conseille 10 % des actionnaires de Renault et avait fait pencher la balance vers le « non » en 2016. Quant à la résolution augmentant le dividende par action de 31,2 %, elle a été adoptée à 99,41 %. Ceci explique peut-être cela.

Pays-Bas, mais bonus élevés

La création d’une filiale aux Pays-Bas pour distribuer des super-bonus aux dirigeants de l’Alliance serait un « roman », selon Ghosn. Il a pourtant reconnu qu’un consultant avait fait une étude sur ces bonus pour le compte de Renault, et qu’aucune décision n’avait encore été prise. Ghosn a même trouvé normal de contacter le patron de Reuters, l’agence de presse qui a dévoilé l’affaire, pour lui remonter les bretelles. Il veut surement des médias aux ordres. Ghosn voulant gagner encore plus, mais qui…

Renault : comme un pays privatisé

Avec 51,2 milliards d’euros en 2016, le chiffre d’affaires du groupe Renault (c’est-à-dire l’ensemble de ses ventes) se place au-dessus du PIB de pays comme la Bulgarie, le Luxembourg, la Tunisie ou l’Uruguay (le Produit Intérieur Brut mesure la valeur totale des richesses produites dans un pays). Sa puissance économique permet à Renault de faire jeu égal avec des Etats, et d’imposer ses volontés. Une puissance qui doit servir la collectivité (salariés, population) au lieu d’intérêts privés (actionnaires)

Ils ont eu les jetons

La direction se félicite de l’entrée de quatre femmes au Conseil d’Administration de Renault, qui compte ainsi 43 % de femmes. La loi Copé-Zimmermann obligeait les CA à avoir 40 % de femmes à partir de 2017, sous peine d’annulation des nouveaux élus et… de gel des jetons de présence. Ça motive !

La parité, mais pas sociale

Miriem Bensalah Chaqroun est une des 4 femmes à entrer au Conseil d’Administration de Renault. Elle est surtout présidente de l’équivalent marocain du MEDEF et proche de la famille royale. Les administrateurs confondent parité et rester avec ses pairs.

Les opérations immobilières de PSA

Plus d’une centaine de salariés de PSA La Garenne (92) ont débrayé pour protester contre le projet de fermeture de ce site d’Ingénierie Mécanique. Ils dénoncent l’augmentation des durées et des coûts de transports, et leurs conditions d’accueil à PSA Vélizy, Carrières ou Poissy. Toute ressemblance avec le sort des salariés de Renault Rueil n’est pas fortuite.

GM&S : licenciements sur commande

Le sort des salariés de GM&S doit être tranché vendredi 23 juin : le tribunal de commerce pourrait prononcer la liquidation. Le seul repreneur encore en lice, GMD, n’a déposé aucune offre ferme, ni annoncé le nombre de salariés repris. Les autres auraient juste les indemnités légales de licenciement. Renault refuse toujours d’augmenter ses commandes pour maintenir tous les emplois. Pourtant, ça lui coûterait à peine plus que le salaire de Ghosn.