Catégorie : l’étincelle du 11 septembre 2017

Un semestre plein les poches

2,4 milliards d’euros de bénéfices au premier semestre 2017 ! Heureusement que les accords de compétitivité ont soi-disant sauvé Renault, car on frôlait la faillite… Alors que les conditions de travail se dégradent et que les salaires sont quasiment gelés depuis 2013, les hauts dirigeants de Renault se gavent de stock-options ou d’actions gratuites, et les gros actionnaires de dividendes. Des milliards qui proviennent du travail des salariés Renault et prestataires dans les usines ou les bureaux, des contrats précaires,…

La stratégie du toujours plus

Les 14 et 15 septembre prochains, Renault, Nissan et Mitsubishi tiendront une convention à Paris, en vue de définir leurs plans stratégiques 2018-2022 qui seront dévoilés en octobre. Ces plans contiendraient de nouvelles synergies : plus de 50% de pièces communes sur tous les véhicules des trois constructeurs en 2022, et la possibilité pour chaque usine de fabriquer les modèles de ses partenaires. Ghosn, qui dirige les trois entreprises, se rêve déjà en PDG du premier constructeur automobile mondial, avec la…

Chacun ses objectifs

Carlos Ghosn a déjà annoncé ses objectifs pour Renault d’ici 2022 : + 40 % de chiffre d’affaires (soit 70 milliards d’euros contre 49 en 2016) et une marge opérationnelle d’au moins 7 % (6,4 % l’an passé). Et pour les embauches et les augmentations de salaire, c’est quoi l’objectif ?

Carrément timbré

Depuis cet été, Ghosn a droit au Liban à un timbre à son effigie. Pour l’occasion, une cérémonie a eu lieu au luxueux « Yacht Club » de Beyrouth. Ghosn y a déclaré que s’il a investi « dans le vin, les services financiers, l’immobilier ou la publication » au Liban, c’est bien sûr pour « aider son pays en contribuant à son développement économique ». Quelle générosité ! Bientôt, il va déclarer que s’il gagne 15 millions d’euros par…

La fin sans les moyens

Pas de miracle à la rentrée : les parkings sont de nouveau saturés. Il y aurait trop de monde au TCR ? Non, il y a juste un problème d’anticipation de la part d’une direction qui augmente la charge de travail et le nombre de résidents, mais pas les infrastructures. De ce côté-ci, pas de miracle non plus. Et dire que les bâtiments de Renault Rueil sont vides…

Barbecue SM

La DEA-SM (Direction Engineering Alliance-Système Multimédia) organise mardi un barbecue à la Ferme du Manet à Montigny. Sauf que le comité de direction de la DEA-SM demande 8 € aux salariés pour y participer. Ils les prennent pour des saucisses ?  

GM&S : reprise… de la lutte

Jeudi 7 septembre, le Tribunal de Commerce a entériné la reprise de l’usine GM&S à La Souterraine (Creuse). Sauf que GMD ne reprend que 120 salariés sur 277. Avec un effectif si réduit, il y a de quoi douter de la pérennité du site. Quant à Renault et PSA, les deux principaux donneurs d’ordre, et au gouvernement, aucun ne veut mettre la main à la poche pour mieux indemniser les 157 licenciés. Mais les salariés ne désarment pas. La semaine…

Chantier de démolition

Les ordonnances Macron veulent généraliser les « contrats de chantier », des contrats déjà appliqués dans le BTP et certaines entreprises de la convention collective Syntec (bureaux d’études). Ainsi les employeurs pourraient embaucher aussi facilement qu’en CDD, mais sans prime de précarité, ni date de fin de contrat. C’est l’employeur qui décide quand le « chantier » est terminé, et il s’exonère des procédures de licenciement. C’est la précarité totale. Empêchons ces ordonnances de passer, pour que nos vies ne…

Vent d’Est

Après 6 jours de grève en juin dernier, menés par 10 000 des 12 300 salariés de Volkswagen en Slovaquie (ex Skoda), ceux-ci ont obtenu une augmentation de salaire de 14,1 %, une prime de 500 € et une journée de congé supplémentaire. La direction de VW a osé déclarer aux médias que le salaire moyen était de 1800 € à l’usine de Bratislava, soit deux fois le salaire moyen en Slovaquie. Ce qui a énervé la plupart des ouvriers…