Catégorie : l’étincelle du 11 octobre 2016

Ça risque de devenir irrespirable

Lors de la deuxième réunion de négociation sur le nouvel accord compétitivité, la direction a annoncé qu’elle arrêterait les Dispenses d’Activité (DA) en 2017. Elle veut aussi supprimer les primes versées en cas de mobilité externe et de création d’entreprise. Il faut dire que les candidats au départ ne manquent pas, tant les conditions de travail et la politique salariale se sont dégradées ces dernières années. Mais pour limiter les départs, plutôt que de donner envie de rester, la direction…

Des embauches au ralenti

Au rayon recrutements, la direction annonce l’embauche en CDI de 30 % des jeunes qui sont en alternance ou en stage. Elle se garde bien de chiffrer cet objectif, qui pourrait se situer autour d’un millier d’embauches sur 3 ans. Alors que les départs vont forcément continuer, qu’environ 7500 emplois (solde départs – embauches) ont été supprimés depuis l’accord compétitivité de 2013… On sait déjà que cela ne suffira pas.

Négociations : à table !

Des annonces au compte-goutte, distillées au fil de réunions successives… contestées parfois par certains syndicats… aboutissant à de soi-disant « concessions » de la direction. Pour qu’à la fin, l’essentiel du projet de la direction soit validé, les signataires se vantant d’avoir « arraché » quelques bricoles ou sauvé Renault ! Une mise en scène bien rodée. A moins que les salariés ne s’en mêlent…  

Anticipation : un vrai roman

Dans le nouvel accord de compétitivité, la direction s’engage à « anticiper les besoins en compétences ». Pour l’instant, les compétences, elle s’est surtout acharnée à les réduire.

Publicité mensongère

Dans les mesures compétitivité, la direction annonce que les bilans professionnels et de compétence seront maintenus. Sauf que les bilans de compétences ne sont ni proposés ni financés par Renault. Les salariés qui en font la demande en sont même dissuadés et orientés vers les bilans professionnels faits en internes. Encore un effet d’annonce.

Des élections qui ne font pas recette

Les deux tiers des salariés appelés à élire leurs représentants au Conseil d’Administration de Renault n’ont pas voté. Pas étonnant. Les salariés n’ont pas de retour sur ce qui s’y passe, et les administrateurs salariés servent de caution à un CA majoritairement acquis à Ghosn et aux actionnaires : ça motive !

Des chefs d’UET tendance adjudants

Certains chefs d’UET font du zèle pour la journée de l’équipe : ils refusent de donner leur billet d’entrée au Mondial de l’Automobile aux salariés qui ne souhaitent pas y aller dans le cadre de l’UET. C’est leur façon se faire aimer.

V3P, version crash planning

Dans les projets véhicules (Zoé, Kadjar ou Captur, phases 2), certains directeurs remettent en cause les plannings V3P2 qui seraient trop longs à leur goût. Ils voudraient peut-être revenir au planning initial de V3P, qui a causé tant de dégâts. Un acharnement qui risque de mener encore dans le mur. A tel point que les chefs eux-mêmes parlent de « crash planning » !

Les migrants

Début septembre, les prestataires d’Astéria et du Gradient ont appris à la dernière minute que la vague de déménagement prévue était suspendue. Puis elle été débloquée au Gradient, mais à la va-vite, avec des cartons reçus au dernier moment, un emménagement chaotique… A Astéria, les équipes risquent maintenant d’être dispersées sur plusieurs sites (Plessis, VSF, en schéma 4…). Pratique pour travailler sur les mêmes projets.

Une entreprise comme une autre

Arrêt des subventions aux retraités, baisse des subventions des sections loisirs et culture, remboursements qui tardent à venir, réduction des permanences, saisie par les salariés de leur dossier via un site internet payé à prix d’or : n’en jetez plus ! Des salariés et des retraités sont venus protester devant les locaux du CE jeudi dernier. Les CE sont censés développer les activités sociales et culturelles. Celui du TCR ressemble davantage à une agence de voyage… si les salariés laissent faire.

MCA : Maubeuge Contre l’Accord

L’accord de compétitivité Renault de 2013 est passé devant les tribunaux la semaine dernière. Contesté par deux syndicats de MCA à Maubeuge, cet accord a entraîné 14 minutes de temps de travail supplémentaire par jour, la perte de 2 jours de congés par an et d’un fonds d’indemnisation en cas de chômage partiel, etc. Jugement le 6 décembre.

Flexi-bilité-France

Les 230 salariés de l’entreprise FlexiFrance situés en Normandie vont être mis à disposition de Renault Cléon, Sandouville ou Dieppe pour maximum 3 ans. FlexiFrance est en difficulté ? C’est pourtant une filiale du groupe Technip qui fait des bénéfices ! D’autres entreprises frapperaient à la porte : Valourec, Aérazur… Le « salarié prêté », nouvelle version du salarié jetable.