Catégorie : l’étincelle du 14 octobre 2014

Marginaux de tous les pays, unissez-vous

Selon Jean Agulhon, le DRH France, interviewé dans le dernier Expli’Sites : « Pour la plupart des collaborateurs, la nouvelle complémentaire va constituer un progrès. J’entends que dans certains cas marginaux, des difficultés peuvent surgir. » Marginaux, celles et ceux qui vont devoir faire changer de mutuelle à leur conjoint(e), cotiser plus, être moins bien remboursés… ? Pas sûr. Plus de mille salariés de Cléon ont signé une pétition dénonçant le caractère obligatoire de la mutuelle pour les ayants droit…

Ayants droit à géométrie variable

Lors de certains amphis sur la mutuelle, le représentant de la direction a annoncé que seuls les ayants droit inscrits sur la Carte Vitale du salarié Renault seraient obligés d’adhérer à la mutuelle Renault. Mais dans le dossier envoyé au domicile par Humanis/mutuelle Renault, il est écrit que la situation de famille sera par défaut celle déclarée dans BPU !? Le plus simple, ce serait de ne pas obliger les ayants droit à adhérer à la mutuelle.

Dispense : un droit à faire respecter

Dans des amphis sur la mutuelle, la direction a aussi affirmé que les salariés Renault affiliés gratuitement à la mutuelle de leur conjoint peuvent ne pas adhérer à la mutuelle Renault. Un cas de dispense qui ne figure pas clairement dans les documents envoyés par Humanis. Mais puisque la direction l’a dit.

Effet d’annonce

Au Mondial de l’Automobile, Ghosn a annoncé une reprise des recrutements en France d’ici 2016. 750 recrutements sont en effet prévus dans l’accord compétitivité, mais à condition d’atteindre 8250 départs, d’ici 2016. Soit un solde net de 7500 suppressions d’emplois. Quant à Thierry Bolloré, il « réfléchit » à une usine de moteurs au Maroc… Pendant ce temps là… Le 2 octobre 2014, des acteurs, des chanteurs et des personnalités politiques étaient invités par la direction de Renault à une…

Les paupérisateurs

En France, la part de marché des voitures à bas coût ne cesse de grimper. Ces dernières représentent depuis l’an dernier une voiture neuve sur deux. Interviewé à l’occasion du Mondial, le directeur de Volkswagen France a déploré une « paupérisation du marché » en France. Le résultat du blocage des salaires et des suppressions d’emplois : les patrons de l’automobile en sont les premiers responsables.

La journée de la brigade

Certains chefs d’UET ont fait du zèle pour la Journée de l’équipe : obligation d’aller au Mondial, parcours guidé et convivialité obligatoire… Avec cette approche, ils ne doivent pas avoir beaucoup d’amis.

Trop de réorgs tue la réorg

Un peu plus d’un an après la réorganisation des directions de l’Ingénierie par Billig, à peine six mois après la création des directions « convergées » Renault-Nissan, une nouvelle réorg est en préparation pour réduire encore plus les coûts, c’est à dire les emplois (pardon, il faut dire : pour augmenter les synergies). Les précédentes réorgs ont déjà semé le bazar. Mais on peut toujours faire pire.

La formation reste en plan

Fin août, seulement 35 % du plan de formation avait été réalisé dans l’établissement. Formateurs internes partis de l’entreprise, charge de travail trop lourde pour avoir le temps de se former… La formation passe après la « compétitivité ».

La société du spectacle

La vitrine du salon de l’auto cache mal l’exploitation dont vivent les patrons et PDG qui se pavanent de-vant les modèles dernier cri. En août, un intérimaire est mort à Renault Flins, tombé de 12 m de haut où il travaillait sans sécurité. À Toyota Onnaing, la direc-tion a viré une intérimaire qui a annoncé être enceinte. À PSA Poissy il y a 2 semaines, 3 directeurs et 2 vigiles ont viré de son poste une ouvrière de 55 ans…

Sécurité : une reprise qui ne passe pas

Le passage de la sécurité des sites Renault d’Ile de France de Samsic à Seris en novembre est l’occasion pour Renault de baisser encore les coûts (-5% par an). Et c’est aux salariés de Samsic que l’on présente l’ardoise : polyvalence, mobilité sur toute l’Ile-de-France (même pour de simples dépannages), perte d’heures supplémentaires du fait de l’annualisation du temps de travail (soit une baisse importante de revenu vu les maigres salaires de ce secteur)… Une pression énorme est exercée par…

Mort pour le profit

Eric Lemoine, 56 ans, est décédé le 16 septembre d’un cancer des poumons et du larynx. Il avait travaillé aux bancs moteurs à Rueil, un secteur bourré d’amiante. Son décès s’ajoute à celui d’autres collègues du CTR, morts aussi à cause de l’amiante, et des conditions dans lesquelles la direction de Renault les a fait travailler durant des années.