Catégorie : l’étincelle du 12 novembre 2014

Vie privée : on ne déclarera pas forfait

C’est bientôt la fin des abonnements Office Zone pour les téléphones mobiles professionnels. A la place, une facture mensuelle sera envoyée au domicile du salarié, qui devra fournir un RIB et une autorisation de prélèvement à SFR. Un mélange vie professionnelle/vie privée plus que douteux ! Renault ne prendra à sa charge que les appels entre fixes et mobiles Renault en France (coût 2€/mois). Le reste sera facturé à la seconde ou à l’unité (sms) et payé par Renault jusqu’à…

ECO2 : l’arbre qui cache la forêt

Le critère « Informatique ECO2 », un des indicateurs servant à fixer le montant de la Prime de Performance Établissement, ne serait pas bon. Le remède pour gagner plus : imprimer moins de mails, nous encouragent la direction et certains syndicats ! Restrictions sur le nombre de PC, les déplacements, les remboursements de mission, nouveaux forfaits GSM, pool taxi insuffisant… Il devient de plus en plus difficile de travailler. Pourtant dans d’autres domaines, la direction ne regarde pas à la…

Mutuelle/Sécu : les vases communicants

La date limite pour renvoyer son dossier d’affiliation et ses demandes de dérogation à la mutuelle obligatoire approche. Quant aux tarifs de la mutuelle, ce n’est qu’un début : ils risquent d’augmenter à mesure que la Sécurité Sociale baisse ses remboursements. Pour preuve, le budget de la Sécu 2015 prévoit encore 9,6 milliards d’économies sur le dos des assurés : baisse de la prime de naissance, expérimentation d’« hôtels hospitaliers »… Alors que les exonérations de cotisations pour les patrons…

Seris sur le gâteau : des licenciements

Depuis le 3 novembre, la société Seris a repris la sécurité des sites Renault de la Région Parisienne. Au Technocentre, un quart des salariés Samsic a refusé de signer chez Seris un contrat au rabais, d’où un manque actuel de personnel formé. Les récalcitrants ont été convoqués par Samsic à des entretiens en vue de « sanctions disciplinaires pouvant aller jusqu’au licenciement » ! C’est pourtant Samsic qui est en faute et doit proposer des reclassements. Un appel à la…

Mon patron, ce héros !

Lors des BFM Awards, une nouvelle breloque a été épinglée au veston déjà lourd de Carlos Ghosn : le Grand Prix du manager 2014. Le premier ministre, Manuel Valls, le lui a remis en célébrant un de ces patrons « optimistes et pas toujours en train de se plaindre ». C’est sûr qu’avec son salaire…  

Une tache sur son CV

Un ex-chef d’UET de Lardy vient d’arriver au Technocentre, à la DEA-TO (secteur performance, planning et ressources). Il ne sera pas regretté à Lardy : juste avant son départ, il a pesé de tout son poids pour licencier un membre de son équipe, en prises à de grandes difficultés personnelles, pour de prétendues insuffisances professionnelles, alors qu’il était connu pour ses compétences techniques. Nous voilà prévenus.

Nissan : les dessous du miracle

Nissan a contribué pour 436 millions d’euros aux résultats de Renault, au 3e trimestre 2014. Une contribution en augmentation par rapport à l’année dernière. Mais à quel prix ? Ghosn, en arrivant chez Nissan en 1999, avait commencé par supprimer 21 500 emplois dans le groupe, fermé 5 usines au Japon, et lancé une guerre des coûts ultra violente. Résultat : une baisse continuelle des effectifs au Japon (88 000 salariés temps plein dans le Groupe en 2000, contre 67…

Les frontières ne sont pas où l’on croit

Le 29 octobre dernier, 70 % des salariés de l’usine Renault de Tanger et 100 % des salariés de la Somaca (filiale de Renault) étaient en grève, selon M’Hamed Tazi, le directeur de communication de Renault Maroc. Ce mouvement a eu lieu dans le cadre d’une grève générale contre des projets du gouvernement visant officiellement à réduire le déficit public : recul de l’âge de départ à la retraite, augmentation de certains impôts directs et de la TVA… Pas si…

L’art de la com’

Une toile de Fernand Léger, Les constructeurs, a été exposée dans les ateliers de Renault Flins pendant une semaine. L’initiative vient du gouvernement qui veut rapprocher culture et monde du travail. C’est sûr que les salariés ont de moins en moins de temps et d’argent à consacrer à la culture. L’accord de compétitivité Renault a supprimé 18,5 jours de RTT par an aux salariés de Flins. La direction peut bien leur octroyer 30 mn pour admirer ce tableau.