Catégorie : l’étincelle du 1er avril 2014

Après le Technocentre, le Technomade

Conséquence des réorganisations et de l’arrivée des collègues de Rueil : 4300 salariés du TCR vont devoir déménager entre le 25 avril et le 27 juin, par vague de 350 à 500 par semaine. La direction en profite au passage pour rogner encore sur les surfaces de travail, en échange de l’augmentation du nombre de boquettes. Un beau bazar en perspective.

Comme à la cantine

La direction veut mettre en oeuvre une nouvelle organisation de la fonction RH en juin. L’objectif est de passer de 1,65 à 1,3 RH pour 100 salariés. Alors que le nombre de salariés diminue, les deux effets cumulés vont entraîner de nombreuses réductions de postes dans cette direction. Il n’y aurait que du positif dans cette réorg selon la direction, qui souhaite « réaffirmer le rôle RH du manager et repositionner le collaborateur comme acteur de son développement », avec…

Ça sert à quoi d’avoir fait Centrale !?

25 à 30 % de perte de salaire : c’est qu’indique encore la fiche de paie de mars des salariés Renault de la Centrale du TCR qui ont été muté en janvier pour cause d’externalisation de leur activité. La direction fait semblant de compatir et joue la montre. Il va falloir taper du poing sur la table.

Des augmentations pour tous et pAKKA par cas

Le 21 mars, des collègues prestataires d’AKKA étaient en grève pour la 3ème fois contre la baisse de leurs frais de mission (de 200 à 900 € par mois). Ils ont manifesté devant le siège d’AKKA à Boulogne. Face à la grogne, la direction d’AKKA propose à certains des arrangements individuels, qui sont loin de compenser les pertes : dérogations sur les remboursements, petite augmentation de salaire… Elle recule un peu suite aux actions collectives. La preuve que c’est dans…

GIE : comme un air de déjà-vu

La mise en place, prévue par l’accord compétitivité, de deux pôles de production Renault en France va s’accompagner, pour le pôle Nord-Est, de la création d’un Groupement d’Intérêt Economique (GIE) entre Renault sas, Douai, SOVAB, MCA et STA. Ce GIE regroupera toutes les fonctions support de ce pôle qui seront mutualisées : Contrôle de gestion, Compta, Achats, Qualité, Maintenance, Performance-SPR, RH, Com’, Informatique, Ingénierie décentralisée Véhicule… Soit 520 salariés. La création d’un GIE Renault-Vestalia en Ile-de-France avait été une étape vers l’externalisation par…

L’intérim : un métier d’avenir

Un Forum Métiers Tertiaire est organisé au Plessis-Robinson avec des cabinets de recrutement et… Manpower. Renault supprime des postes dans le tertiaire mais l’intérim recrute : tout un symbole !

PEI Lardy et Technocentre : tous ensemble

Les salariés de PEI qui font le nettoyage à Renault Lardy sont en grève depuis 12 jours contre la menace de licenciement de deux d’entre eux et la dégradation de leurs conditions de travail. Ils étaient vendredi dernier à Guyancourt pour une collecte de soutien. Au Technocentre, les 130 salariés de PEI subissent les mêmes conditions de travail et les mêmes méthodes de management. Une salariée PEI du TCR, qui contestait ses conditions de travail, a récemment été licenciée sous…

Les empoisonneurs

Sept salariés de l’atelier Découpe plasma de Renault Flins sont en grève depuis jeudi 13 mars. Ils demandent l’abandon d’un produit utilisé depuis sept ans pour la découpe : le plasmarc, qui est cancérigène et interdit par nombre d’État. Les salariés se plaignent de maux de tête, de fortes irritations dans la gorge. Le soir, leur toux s’accompagne de crachats complètement noirs. Mais pour la direction, il n’y aurait pas de « danger avéré » car le procédé serait seulement…

Inquiétude pour l’emploi en Roumanie

Début mars, à l’appel du syndicat SAD de Dacia, plusieurs milliers de salariés de Pitesti ont manifesté pour réclamer la construction d’une autoroute qui permettrait de réduire les délais et les coûts d’exportation vers l’Europe de l’Ouest. Une revendication qui est soutenue par le directeur de Dacia. Le SAD demande aussi une modification du code du travail pour limiter le recours aux CDD. Une façon de détourner l’inquiétude des salariés contre les autorités roumaines, alors que c’est Renault qui met…

Une grève qui n’est pas pour la galerie

Les 58 salariés de Bozal dans la Marne, qui produit des galeries de toit pour Renault et PSA, sont en grève. L’entreprise est en liquidation judiciaire, suite à une baisse des commandes. Les salariés revendiquent 40 000 € de prime. Leur menace de mettre le feu à l’usine a provoqué l’ouverture de négociations. Mais les principaux responsables, Renault et PSA, sont aux abonnés absents.