Catégorie : bulletins 2011

Zéro pointé

Il n’y a pas d’outil miraculeux pour lutter contre les heures supplémentaires. Encore moins si la direction n’a que les mots de productivité et de free cash flow à la bouche. Au mieux le pointage ne changera rien à la situation actuelle où la récupération ou le paiement des heures supplémentaires dépendent du bon vouloir de sa hiérarchie. Au pire, le pointage rimera avec flicage. La seule solution contre les heures supplémentaires est de ne pas en faire. Aucune pointeuse…

Décompte non rémunéré

Avec le pointage aux tourniquets, la direction prévoit un compteur qui enregistrera les écarts par rapport aux horaires de référence. En cas de solde négatif, la direction voudrait débiter des jours de congés ou carrément du salaire. Par contre, un simple « entretien avec le responsable hiérarchique » est prévu en cas de solde positif. Le projet risque encore d’évoluer, mais la philosophie de la direction, elle, ne change pas.

Pas d’illusion à se faire

Selon le projet d’accord sur le pointage, ce sera toujours la même hypocrisie sur les heures supplémentaires qu’avec la DIDET : tant qu’elles n’ont pas été « préalablement demandées et validées par la hiérarchie », elles ne sont pas prises en compte. Les heures créditées en positif dans le compteur sont « considérées comme des heures normales et non comme des heures supplémentaires », puisqu’elles « résultent d’un libre choix du salarié. » Comme si la charge de travail et…

Toujours pas dans le cadre

Suite à la vague de suicides, des syndicats du TCR avaient interpellé l’inspection du travail sur les dépassements d’horaires. L’inspection a alors demandé que la direction « décompte par tout moyen » le temps de travail des salariés, et notamment des cadres. En réponse à cette injonction, la direction veut mettre en place en 2012 un système de « maitrise du temps de travail ». Sauf que ce projet exclut les cadres, soit la moitié des salariés du TCR !

Le temps de travail des cadres en accusation

Renault a fait appel de la décision de justice qui l’a condamné pour « faute inexcusable » à l’encontre d’Antonio, un ingénieur qui s’est suicidé en se jetant dans le hall de la Ruche en octobre 2006. A l’audience début mars, la veuve d’Antonio a déclaré que « ses horaires de travail, durant les deux derniers mois avant son décès, avoisinaient les 95 heures par semaine, et environ 70 heures depuis début 2006. » La cour d’appel rendra sa décision le 19 mai. Une preuve…

Rien à déclarer

Dans son projet de pointage, la direction ne parle pas de la gestion des heures supplémentaires (HS). Car le pointage n’est pas fait pour ça, mais pour permettre à Renault de se couvrir par rapport à la loi. Les salariés qui voulaient déclarer leurs véritables horaires avec la DIDET en ont déjà été pour leurs frais : la hiérarchie avait consigne de refuser la déclaration des HS dans les DIDET sous prétexte qu’elle ne leur avait pas formellement demandé d’en…

Renault veut faire le coup du 10 de der

Lors du passage aux 35h, la direction avait déjà déduit du temps de travail 20 mn de pause par jour (et supprimé ainsi 8 jours de RTT). Cette fois elle veut enlever aux APR et aux ETAM 10 mn de déplacement par jour entre leur pointage aux tourniquets et leur poste de travail (soit l’équivalent de 4 jours par an). Comme si pendant ces 10 mn le salarié pouvait faire ce qu’il voulait !

Heures sombres

Avec le pointage, un compteur enregistrera les heures effectuées au-delà et en-deçà de 7h28 par jour (en fait 8h58 avec les temps de déplacement, de pause et de repas décomptés). Mais le projet actuel ne dit pas ce qui passera lorsque les limites ±10h de ce compteur seront dépassées. Un salarié pourra-t-il ainsi continuer à travailler au-delà de ces 10 heures alors que son compteur sera bloqué à +10 ?

Décompte à dormir debout

Le compteur variabilité sera remis à zéro tous le 6 mois. Pourtant dans son injonction, l’inspection du travail demandait un décompte hebdomadaire, en respect de l’article D3171-8 du code du travail. Les heures supplémentaires sont calculées sur une base hebdomadaire. Avec un décompte semestriel, c’est clair que les heures supplémentaires ne seront pas prises en compte.

Un pointage qui ne résout rien

Dans le projet de « maitrise du temps de travail », il n’est pas question de contrôle de la charge de travail. C’est pourtant sur ce facteur qu’il faudrait jouer pour réduire le temps de travail. SDA aurait pu permettre d’évaluer cette charge, s’il avait été possible d’y déclarer le nombre d’heures réellement effectuées sur chaque tâche. Et puis les secteurs en surcharge sont connus des salariés et de la direction. Il suffirait d’y embaucher au lieu de prendre des…

Surprise surprise

Vendredi dernier pour la 9ème fois, 400 personnes se sont retrouvées dans la Ruche pour exiger des augmentations de salaire. Le cortège s’est rendu à l’Avancée, où se tenait la réunion mensuelle des délégués du personnel, pour une visite surprise. Les salariés ont pu poser directement leurs questions à la direction. Celle-ci a eu beau siffler la fin des NAO, les salariés lui ont montré qu’ils n’étaient toujours pas décidés à rentrer à la niche.

Loupé

Il fallait une loupe pour voir les 1,7 % d’AGS sur le bulletin de paie de mars des ETAM et des APR. Gardez la loupe pour les Augmentations Individuelles d’Avril.

Today Tomorrow Tous ensemble

Une grève a éclaté à Toyota Onnaing depuis jeudi, bloquant le montage des Yaris. Les salariés réclament une prime de 800 € et un 13ème mois. Et si on s’y mettait tous ensemble…

A force de tendre, ça casse

Selon Pelata, « la vague du tsunami a une vitesse de propagation des derniers bateaux qui livrent leurs composants [fabriqués quasi exclusivement au Japon]. Il est certain que nous allons devoir à un moment ou à un autre fermer des usines ». Ces coupures de production sont la conséquence autant du tsunami que du flux tendu. Ingénierie, Achats et Supply Chain sont chargés de trouver des solutions techniques ou d’autres fournisseurs dont le nombre a fondu, victimes de la réduction…