A Douai, c’est marche ou crève

Nicolas_Renault_Douai

Cela fait sept ans que Nicolas Riquoir travaillait chez Renault. Mais il ne fera pas une année de plus. Le 28 décembre, l’entreprise douaisienne l’a informé de son licenciement. Ses 16 jours d’arrêt maladie en 2015 auraient perturbé de manière significative son service. Le Noyellois a décidé d’attaquer aux Prud’hommes.

A Renault Douai, la direction fait la chasse aux arrêts maladie : elle vient de licencier un salarié pour avoir eu 16 jours d’arrêt maladie en 2015. Il s’agit de faire un exemple, sur fond d’augmentation des cadences, du temps de travail et des TMS (Troubles Musculo-Squelettiques).

La direction ne conteste pas ses arrêts, mais estime que « ses absences fréquentes et répétées désorganisent et perturbent le bon fonctionnement de l’atelier et par là-même de l’usine ». Quant au « bon fonctionnement » des salariés, elle s’en moque complétement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.