Mois : juin 2018

Des intérêts opposés

Le 15 juin se tiendra l’Assemblée Générale des actionnaires de Renault, avec son lot de résolutions et de consignes de vote adressées par certains syndicats aux salariés-actionnaires. Comme si les intérêts des actionnaires n’étaient pas en complète opposition avec ceux des salariés. Exemple : pour faire monter l’action, les actionnaires imposent de produire plus avec moins de salariés, etc. Il reste le vote contestataire sur le salaire de Ghosn ou la hausse des dividendes, mais avec 2,3 % des actions (dont plus…

Actions de grâce

La direction de Renault prévoit de revendre 1,4 millions d’actions Renault aux salariés et anciens salariés du Groupe. C’est une des résolutions soumise au vote des actionnaires le 15 juin. Cela fait 0,4 % du capital de Renault. La revente devrait se faire de « manière préférentielle ». Ghosn, lui, en possède déjà 537 920, et devrait toucher en plus 80 000 actions gratuites cette année. Comme pour les augmentations de salaire, ce n’est pas encore le grand soir cette année pour les salariés-actionnaires.  

Le règne de l’actionnaire-roi

Cette année, les actionnaires devront également voter pour le 4ème (et peut-être dernier) mandat de Carlos Ghosn à la tête de Renault. Ce qui inquiète un certain nombre d’actionnaires qui doutent de la pérennité de l’Alliance après son départ, et réclament la fusion de Renault et de Nissan. Ghosn, qui n’est pas pressé d’être remplacé, leur a répondu que « tout est fait pour tranquilliser l’actionnaire ». En revanche, il n’est pas pressé de tranquilliser les salariés de Renault et de Nissan. …

Sponsoring : les salariés sur le banc

Renault va sponsoriser à hauteur de plusieurs millions d’euros par an le PSG. Pendant ce temps, la direction rogne sur les moyens et les salaires, et répète que la marge opérationnelle est insuffisante.

Le carburant de la grève

Le Brésil, nouvel eldorado des constructeurs français, n’est pas de tout repos. La semaine dernière, Renault et Nissan ont dû fermer leurs sites brésiliens et annuler les missions vers le Brésil. La raison ? La grève des routiers contre la hausse des carburants, massivement soutenue par la population, et qui s’est étendue aux raffineries. Après avoir envoyé l’armée, le gouvernement a baissé le Diesel de 12 %, alors qu’il a augmenté de 200 % en deux ans. Pas sûr que Renault Brésil ait…