Jour : 25 octobre 2016

Que fait la police ?

Vêtus de noir, avec capuches ou cagoules et pour certains armés, les manifestants qui ont descendu les Champs Élysées vendredi 21 octobre sans autorisation de la préfecture ont eu de la chance. Au printemps dernier, les gendarmes mobiles ont gazé et matraqué d’autres manifestants pour moins que ça. Après avoir joué les auxiliaires des CRS contre les manifestants hostiles à la loi travail, des agents de la police nationale se met à les imiter. Pourquoi ? Les raisons du malaise Lieux…

Flexibilité : tous visés !

Périodes de haute activité allant jusqu’à 48h/semaine, avec samedis obligatoires et 1h30 de plus par jour ni payés ni majorés…. Avec le nouvel accord compétitivité, les salariés devront être plus « souples » et « s’ajuster aux variations d’activité ». Ces mesures ne concernent pas que les usines. Le CRP et des secteurs d’essais du TCR ont déjà connu des périodes hautes. Certes au Technocentre beaucoup travaillent déjà 42h par semaine sans être payés plus. Mais si ces mesures passaient, la flexibilité augmentera aussi…

Le mot qui fâche

Pour la direction, le nouvel accord serait un simple  « accord pluriannuel ». Comme lors du précédent accord de mars 2013 (que les signataires ont appelé « contrat pour une nouvelle dynamique de croissance et de développement de Renault en France »), il ne faut surtout pas parler d’accord de « compétitivité ». Pourtant ce nouvel accord va dégrader les conditions de travail et accroitre la flexibilité. Son objectif est d’augmenter les profits, pas le bien-être des salariés.

Hold-up sur nos congés

En prolongeant les Comptes Transitoires ou en permettant la monétisation de jours de congés, la direction prétend « redonner des marges de manœuvre aux salariés dans la gestion de leurs compteurs temps ». Sauf qu’en période haute, elle veut pouvoir transformer en Capital Temps Individuels (CTI) les jours de Capital Temps Collectifs (CTC) déjà programmés et qui pourront ainsi être travaillés. Et en période basse, la direction veut pouvoir piocher dans le CTI pour imposer des CTC. En fait, c’est la direction…

Amnésie

Lors du Mondial de l’auto, Carlos Ghosn a annoncé 1000 embauches supplémentaires en 2016 en France, ce qui ferait 3000 embauches durant le premier accord de compétitivité (2013/2016). Il a juste oublié de dire que pendant la même période 10 000 salariés ont quitté Renault. Un oubli sûrement dû au surmenage : à force de cumuler les postes de PDG…