Mois : mars 2016

Tous ensemble contre la loi travail

Durant tout le mois de mars, la mobilisation des jeunes, les grèves et manifestations des travailleurs, ont rendu encore plus évident ce que chacun sait : tous ceux qui vivent de leur travail, ou espèrent en vivre un jour, sont contre la loi El Khomri. Ne la soutiennent que les patrons et les politiciens à leur service. Maintenant, il faut passer aux actes et entrer tous dans la lutte pour le retrait de cette loi. Les rafistolages du gouvernement n’entament…

Merci Renault

Un prestataire de la DEA-TD a été interdit de site le 17 mars. Ce dangereux individu avait osé contacter par mail, depuis chez lui et avec son adresse privée, les syndicats de Renault pour faire la pub de « Merci Patron ! », ce film qui dénonce les licenciements du groupe LVMH et tourne en ridicule son PDG, Bernard Arnault, et un responsable de la sécurité. Comment ce mail est-il parvenu à la direction du TCR ? Mystère. En tout…

Nouveau jackpot pour Ghosn

Ghosn a encore gagné plus de 7 millions d’euros en 2015 chez Renault : 7,25 millions exactement, contre 7,21 en 2014. Sa rémunération chez Nissan pour l’exercice fiscal 2015 sera connue en juin. Elle était de 8 millions d’euros l’an dernier. Après une augmentation de 170 % en 2014, Ghosn touchera donc « seulement » 0,49 % de plus en 2015, ce qui fait quand même 35 960 €. Beaucoup de salariés ne touchent même pas ça en une année.

Les rescapés de la modération salariale

En 2015, 1,4 millions d’actions de performance ont été distribuées à un millier de hauts cadres du groupe Renault : 100 000 pour Ghosn, 185 000 pour les 10 plus hauts dirigeants du groupe. Les autres ont eu environ 1000 actions chacun en moyenne. Le reste des salariés a été prié de se serrer la ceinture.

Un besoin pressant d’argent de poche

Selon la presse boursière, Dominique Thormann, directeur financier de Renault et Président de RCI Banque, a réalisé le 8 mars 434 000 € de plus-value en vendant une partie de ses stock-options. La bonne gestion financière commence par soi-même.

Carlos Top chef

Alors qu’il projette 2 600 nouvelles suppressions d’emplois, Carlos Tavarès a doublé sa rémunération en 2015. Avec 5,24 millions d’euros, il se rapproche de Carlos Ghosn, son rival mais surtout son modèle.

Erdoghosn à Renault Bursa

La répression s’abat à Renault-Bursa sur les travailleurs qui avaient osé défier Renault et le régime d’Erdogan. Les élections de délégués ont été annulées, 21 travailleurs de l’usine ont été arrêtés par la police le 2 mars dernier à la sortie de l’équipe de nuit, 60 salariés ont été licenciés, 100 autres forcés à accepter un départ… Pas un mot ici en France. Par contre quand un directeur se fait arracher sa chemise, ça fait le tour du monde.

El Khomri, Carlos Ghosn aussi

La Loi El Khomri (ou Loi Travail) pourrait bien donner des idées à la direction de Renault pour son nouvel accord de compétitivité prévu en 2017. Avec cette loi, un accord d’entreprise pourrait déroger au code du travail et aux conventions collectives sur de nombreux sujets : temps de pause, de repos et d’astreinte, allongement de la durée journalière et hebdomadaire de travail, diminution des majorations d’heures supplémentaires, tri-annualisation du temps de travail, baisse de salaire… Ras-le-bol des droits sociaux…

La loi qui fait déborder le vase

La Loi Travail est dans la continuité des précédentes lois visant à réduire les droits des salariés : lois Fillon et Woerth sur les retraites, Pacte de responsabilité censé créer un million d’emplois, Accord National Interprofessionnel (ANI) « sur la compétitivité et la sécurisation de l’emploi », loi Macron… Idem dans les entreprises qui pratiquent le chantage à l’emploi comme Smart France pour imposer les 39h payées 37, ou Renault et son accord compétitivité de mars 2013. Pourtant le chômage…

Licencier plus pour embaucher moins

Avec La loi Travail, tout salarié refusant l’application d’un accord d’entreprise abaissant ses droits pourrait être licencié pour faute. Les conditions de licenciement économique seraient aussi assouplies, notamment en cas de baisse de commandes ou de chiffre d’affaire pendant trois trimestres consécutifs. Ces mesures sont censées permettre d’embaucher ! Comme si celles qui existent déjà (Plan de Sauvegarde de l’Emploi, départs volontaires, GPEC, etc.) avaient fait reculer le chômage. Rien que dans l’automobile, le bilan des accords de compétitivité et…

Cléon : mort pour la compétitivité

Un ouvrier de 33 ans de Renault Cléon est mort, écrasé par la chute d’un caisson alors qu’il dépannait une machine. Travaillant seul, il s’est retrouvé plusieurs minutes en arrêt cardiaque avant d’être découvert par un salarié. Il est décédé quelques jours après. Au nom de la sacro-sainte compétitivité, l’usine tourne en sous-effectif permanent. Les effectifs en maintenance ont été divisés par deux ou trois dans certains ateliers. La direction cherche à dégager sa responsabilité. Mais qui met la santé…

Comme un air de printemps

Entre 224 000 et 500 000 manifestants dans la rue le 9 mars dans toute la France ! 1,2 million de signatures pour la pétition contre la loi Travail sur internet. En moins de trois semaines, la colère s’est exprimée, s’est organisée, a manifesté. Un spectre hante le patronat, le gouvernement, la gauche, la droite : celui d’avoir à remballer ce projet, qui est une attaque généralisée contre le monde du travail et la jeunesse. Des « corrections » qui…

BNP : La banque d’un monde qui énerve

Pour toucher sa prime d’intéressement cette année, c’est le parcours du combattant. Par internet, il faut d’abord retrouver son mot de passe et son identifiant envoyés dans des courriers séparés par la BNP Paribas. Ensuite, s’y retrouver parmi les liens et les cases à cocher. Sans compter les messages dissuasifs du style : mieux vaut laissez cet argent à la BNP car vous ne paierez pas d’impôt… Sinon, il y a toujours le courrier à envoyer par la Poste. En…

De l’inégalité parmi les primes

Cette année, les APR ne toucheront aucune prime, 40 % des ETAM auront une prime de 500 ou 800 €. La prime de performance des cadres L3C et L3B sera en moyenne de 4,5 % de leur forfait, soit en moyenne 2350 €. La prime des cadres L3A sera en moyenne de 7,3 % de leur forfait, soit 4760 €. Le montant de la prime des cadres occupant des postes côtés L2 et L1 est, comme d’habitude, tenu secret, mais…

Promus, comptez-vous !

Selon la direction, la durée moyenne entre deux promotions serait de 7,4 ans à Guyancourt. Sauf que cette durée ne concerne que les salariés promus dans l’année, soit 7 % des effectifs en 2015. Quid des 93 % restant ? Ils stagnent surement plus de 7 ans dans le même coefficient ou la même position !