Jour : 4 février 2014

Des synergies qui riment avec profit

Carlos Ghosn a annoncé vendredi dernier la création de quatre nouvelles directions communes à Renault et Nissan : Ingénierie, Fabrication/Logistique, Achats et Ressources Humaines. Ghosn veut accélérer les synergies et passer de 2,8 milliards d’économies en 2013, à 4,3 milliards en 2016. Pour trouver ces 1,5 milliards supplémentaires, il veut supprimer les doublons entre Renault et Nissan, répartir les sujets d’innovation, optimiser les moyens d’essais… Cette chasse aux doublons aura forcément des impacts sur l’emploi à Renault, mais aussi à…

Premiers concernés, derniers avertis

Encore une fois, les salariés ont appris les projets de la direction sur le renforcement de l’Alliance par voie de presse avant d’en être informés par voie interne. Les impacts de cette réorganisation devraient être connus en mars. Les salariés n’auront pas leur mot à dire. Des méthodes qu’il va falloir changer.

Carlos soigne sa com’

Pourquoi ces bouchons pour arriver au Technocentre mardi 24 janvier ? Ce bitume rutilant et ces bandes blanches toutes fraiches sur une pariie de la rocade ? Pour que Ghosn puisse lire Le Figaro au volant (et sans les mains !) du prototype Next Two devant les caméras de TF1. Coût de l’opération : 50 000 €, rien que pour la rocade. Les salariés n’ont appris la chose que le soir à la télé. Quant à l’avenir des projets véhicule…

Ventes en hausse, emplois en baisse

Avec 2,6 millions de véhicules vendus dans le monde, les ventes du groupe Renault sont en hausse de 3,1 % par rapport à 2012 (+2,4 % en Europe). En France, les ventes sont quasi stables (-0,7 %) alors que la production y a chuté de 5 % (506 000 véhicules fabriqués). 2013 est donc loin d’être aussi catastrophique qu’annoncé. Sauf pour l’emploi, les salaires et les conditions de travail.

Pas touche : sensible !

A la Direction Tests & Services (DE-T), les trois quarts des postes (1454) sont dans des fonctions sensibles, c’est-à-dire en sureffectif. 465 sont stables et 125 critiques. Le directeur de la DE-T, Verdier, l’a annoncé en CE et en réunions management. Mais il n’a pas dit ce que ces salariés vont devenir.

Management par la pression

Les chefs devaient boucler les bilans le 31 janvier. D’où de fortes pressions la semaine dernière pour signer son entretien, même si on était en désaccord total avec le contenu. Ne pas signer son entretien fait pourtant partie des libertés individuelles.

Objectif : garder son emploi

Après les bilans : les objectifs. Et pas facile de se projeter avec ces réorganisations permanentes : nouvelles synergies Renault-Nissan, évolution des fonctions cœur/non cœur… Réduire les effectifs et augmenter la MOP : ce sont les seuls objectifs clairs.

Une sanction pour tout salaire

Une perte de 38 % de salaire ! C’est ce qu’indique la fiche de paie de janvier des salariés Renault de la Centrale, qui ont été reclassés aux Services Généraux suite à l’externalisation de la Centrale chez Cofely. C’est comme ça que la direction les remercie d’avoir travaillé des dizaines d’années en 3×8, les dimanches et jours fériés. Ce mauvais coup ne doit pas passer.

Management : pas d’Hay-volution

Résultats de l’enquête Hay sur le management : « le Groupe garde les mêmes points d’amélioration par rapport à 2010 ». Les plus mal notés : le management par la performance, l’organisation et les processus de travail. Quant à la « confiance dans la direction donnée à l’entreprise », 58 % seulement des salariés sondés disent comprendre sa stratégie. Et encore, « comprendre » ne veut pas dire partager…

Passer à l’action, c’est maintenant

Une centaine de salariés se sont rassemblés pendant leurs 20 mn de pause dans la Ruche, vendredi 31 à l’appel de la seule CGT. Salaires, externalisations… : les raisons de se mobiliser ne manquent pas, surtout que vont débuter les NAO (Négociations Annuelles Obligatoires) qui fixent les augmentations de salaire.

Nouveau suicide à Renault-Cléon

Un salarié de Renault Cléon s’est suicidé jeudi dernier, en se pendant dans l’usine. 43 ans, entré il y a 19 ans chez Renault, Emmanuel était marié et père de trois enfants. Son récent passage de nuit en 2×8 lui avait fait perdre 600 €/mois. Et il venait d’apprendre la veille qu’il ne retournerait pas de nuit comme prévu. Un autre salarié s’était suicidé il y a 9 mois, laissant une lettre dénonçant les effets de l’accord compétitivité à Cléon.…

Y’AKKA tous faire pareil

Des salariés d’AKKA, en prestation à Renault Lardy, ont débrayé une heure la semaine dernière contre une modification de leurs frais professionnels, qui leur ferait perdre 900 €/mois en moyenne. Une pétition circule. Une colère qui pourrait en inspirer d’autres…