Mois : avril 2013

Les visiteurs 3

Une sale blague attendait les prestataires au retour du weekend de Pâques, mercredi 3 avril : ils n’ont pas pu franchir les tourniquets car leurs badges ne fonctionnaient plus. D’où une sacrée pagaille : à l’accueil de l’Avancée, la queue s’étirait jusqu’à l’extérieur et il y n’avait plus assez de badges visiteurs pour pouvoir accéder au site. Responsable : le renouvellement des lots trimestriels de prestation débloqué au dernier moment pour raison d’économie. Faire de la prestation pour Renault :…

Forum des départs

« Des opportunités pour changer de métier ou d’emploi » : c’est le slogan du « Forum GPEC » organisé par la direction pour inciter les salariés à quitter Renault. En plus des offres d’emplois mises en ligne, des recruteurs d’Alstom, de Safran ou de la SNCF seront le 16 avril dans la Ruche transformée pour l’occasion en Pôle Emploi. Tout est bon pour dégraisser.

Loin du cœur, loin des yeux

« Une ingénierie concentrée sur ses activités “cœur de métier” sait déléguer les activités qui ne le sont pas à des partenaires qui savent le faire mieux et moins cher » peut-on lire dans le document présenté au CCE. Les salariés concernés apprécieront. Au fait, le CEG, c’est cœur de métier ?

Les arnaques du réveillon

Au 31 décembre 2012, 35 % des salariés de l’établissement en Horaire Variable avaient un compteur excédentaire de plus de 5h, dont 11 % de plus de 10h. Un surtravail qui n’a jamais été payé, puisque les compteurs ont été remis à zéro et qu’au-delà de 5h, les heures ne pouvaient être capitalisées. On connaissait les dysfonctionnements et la lourdeur du dispositif, mais là c’est du vol pur et simple.

Trop c’est Stroe

Constantin Stroe, vice-président de Dacia Automobile, a menacé les salariés de Pitesti qui ont fait grève les 20 et 21 mars dernier : « s’ils continuent leurs exigences irréalistes, il y a une grande possibilité qu’une partie significative de la production soit transférée au Maroc », où les salaires seraient deux fois moins élevés qu’en Roumanie. Un chantage qui en rappelle d’autres ici en France.

Une première mise au point

Inhabituel. Hier lundi 15 avril, 80 salariés de la DCMAP (Direction du Contrôle et de la Mise Au Point) de Renault Lardy ont fait grève toute la matinée, retardant ainsi leur départ en mission. La direction veut arrêter le remboursement de leurs frais de mission au forfait, et imposer le remboursement aux frais réels. Un premier avertissement…

Dégâts collatéraux

Jeudi 10 et vendredi 11 avril, l’usine Renault de Douai a été paralysée par la grève du sous-traitant SAS Automotive Systems, installé dans le parc fournisseurs autour du site. Les 120 salariés de SAS à qui Renault a annoncé qu’il reprenait leur activité, exigent qu’ils soient tous repris par Renault. L’accord de compétitivité prévoit 8260 suppressions d’emplois… à Renault. Et combien chez les fournisseurs et chez les prestataires ?

Les tartuffes

Certains syndicats font mine de s’indigner du 0 % d’augmentation de salaire (AGS+AI) cette année. Ce blocage des salaires est pourtant écrit noir sur blanc dans l’accord de compétitivité qu’ils viennent de signer, et qu’ils vantent. Plus hypocrites, tu meurs.

Pour ta carrière, tais-toi et creuse

Les seules augmentations salariales maintenues cette année résultent des obligations conventionnelles liées à l’ancienneté. Et les parcours de carrière (passage cadre, en filière ETAM…) seront possibles, mais pas obligatoires. Donc à la tête du client.

Les pièges de la part variable

Les cadres non concernés par la PPG (Prime de Performance Groupe) toucheront la Prime de Performance Individuelle (PPI). Mais son montant baissera en moyenne de 30 % par rapport à 2012. L’accord compétitivité prévoyait pourtant le « maintien des rémunérations » en 2013…

Les prestataires : variables d’ajustement

En janvier 2013, Segula comptait 146 salariés en intermission virés par des clients (dont Renault), dont 46 en chômage partiel. Des salariés se voient proposer des licenciements avec transaction financière. 37 ont même été licenciés pour faute grave pour ne pas être venus à une formation ou l’avoir perturbée : on trouve les prétextes qu’on peut.

Prend l’oseille et tire-toi

Comme la rémunération versée pendant la Dispense d’Activité (DA) est calculée sur les 12 derniers mois, certains salariés ont été encouragés par les RH à partir vite pour inclure dans ce calcul les primes de début 2012 (intéressement, PPI, PPG…). La DRH a même supprimé le délai de prévenance de 2 mois pour les départs jusqu’au 1er mai. Résultat : une vague de départs surprise vendredi dernier. La direction veut dégraisser au plus vite, mais la conséquence pour ceux qui…

Le D.A. DA : pas si simple

Etre rémunéré à 75 % pendant la Dispense d’Activité (DA) ne veut pas dire perdre juste 25 % de sa rémunération. La prime de 3 mois (6 pour les postes sensibles) de la GPEC est supprimée. Les cotisations salariales payées par Renault sur les 25% de salaire restant devront être déclarées comme « avantages en nature » à la Sécu et aux Impôts. Les jours de préparation à la retraite sont perdus (22 maxi). Plus d’acquisition d’UPA, perte des primes…

Gare aux faux départs

C’est officiel : la durée de cotisation va encore augmenter. Les salariés qui partiraient en Dispense d’Activité 3 ans avant leur retraite à taux plein (selon les critères actuels), pourraient devoir retourner au travail à la fin de ces 3 ans si cette réforme reculait entre-temps l’âge de leur retraite à taux plein. Risqué.

Des sales coups en préparation

La restructuration de l’ingénierie-tertiaire, dont l’objectif est de supprimer 20 % des postes, sera présentée en CCE le 10 avril. La loi n’empêchait pas la direction d’en discuter avant avec les salariés. D’ailleurs elle le fait avec la hiérarchie. Les salariés devront donc s’imposer pour faire entendre leur avis.

La DIESE hausse le ton

C’est redescendu dans les réunions d’UET du service 65620 (Application Electronique) à la DIESE : plus une tête ne doit dépasser, sinon c’est la sanction. Cette mise en garde préparerait-elle l’externalisation ou la délocalisation d’un secteur qui connait déjà un grand nombre de prestataires ? Mais qui mérite un avertissement : la direction qui prépare ses coups en douce, ou les salariés qui ne se laissent pas faire ?