Mois : janvier 2013

Pas tous égaux devant la crise

La baisse des ventes de Renault, et de la plupart des généralistes, en France en 2012 n’est pas surprenante : les mesures d’austérité en Europe créent du chômage et appauvrissent les populations. Les marques low cost (Dacia) ou celles qui cassent les prix (Chevrolet, Huynday-Kia) résistent le mieux. Et le haut de gamme progresse (Audi, BMW, Mercedes) : les riches ne connaissent pas la crise.

Coup de semonce

Les 11 et 12 décembre 2012, plusieurs milliers de travailleurs de Renault ont débrayé contre les mesures de flexibilité que la direction voudrait imposer au nom de la « compétitivité » : 900 à Flins, 600 à Douai, 400 au Technocentre, 300 à Cléon, 200 à Sandouville et au Mans, 150 à Lardy… De son côté, la direction a choisi de ne pas faire de nouvelles annonces à la réunion du 11 et de reporter celle du 18 décembre. Une…

Atteinte au droit de grève

En plus de la déduire du salaire, la direction a voulu décompter l’heure de grève du 12 décembre du compteur Horaire Variable : une double retenue complètement illégale. Face aux protestations des grévistes, elle a dû revenir en arrière. Non mais !

Chevauchement des calendriers

Une nouvelle réunion sur la compétitivité est prévue le 9 janvier. Objectif de la direction de Renault : boucler un accord d’ici la fin du mois. Au niveau national, des discussions sur le même thème ont lieu entre patronat et syndicats. Les projets du MEDEF et de Renault sont très ressemblants : flexibilité, baisse des salaires, mobilités imposées, précarité… Mais les discussions prennent un peu de retard, et tout n’est pas joué : à condition de bousculer ces plannings en…

Classique revisité

Dans un communiqué, la direction justifie la suppression du CEF (Compte Epargne Formation) par le « retour » à « une approche classique » permettant « d’entériner la réalisation de la formation sur le temps de travail effectif. ». Jusqu’à présent, le CEF était utilisé illégalement pour des formations nécessaires à la tenue du poste de travail, qui doivent obligatoirement être prises sur le temps de travail effectif. L’« approche classique » n’est donc rien d’autre que la loi.

Relevé des compteurs

Après avoir été manipulés jusqu’à la fin (repas non pris, franchises, re-crédit des heures de grève le 19 décembre…), les compteurs Horaires Variables ont été remis à zéro le 31/12. Dur à suivre. A la rentrée, il était en plus impossible de vérifier si les 5 premières heures positives avaient bien été basculées dans le Capital Temps Individuel (CTI). Les heures effectuées au-delà ont été carrément supprimées, mais pas perdues pour tout le monde…

Vive l’Europe des travailleurs

La crise est l’occasion pour le patronat de passer à l’offensive partout en Europe, afin de réduire la part versée aux salariés. Le secteur automobile est particulièrement visé depuis plusieurs années : accords dits de « compétitivité » (Sevelnord, Renault Espagne), suppressions d’emplois, fermetures de sites (PSA, Opel), flexibilité (BMW, Fiat, Nissan Sunderland, VW), diminution du salaire d’embauche et modération salariale (VW)… Le tout au nom d’une concurrence où les salariés sont les grands perdants. Mais il y a une…

Variable d’ajustement

La prestation a fait les frais des bouclages de budget 2013 : les 15 % annoncés au début sont devenus 30, voire 50 % dans certains secteurs. Au mépris des projets en cours et des collègues prestataires. Et Renault ne supprime soi-disant pas des emplois ?

Argent facile

La vente de la participation de Renault chez Volvo AB a rapporté 1,5 milliards d’euros. De quoi augmenter les salaires et créer des emplois !

Le second de la classe

Avec 13 millions d’euros en 2011 (9,9 de Nissan et 2,9 de Renault), Ghosn est le second patron le mieux payé du CAC40 selon Proxinvest. Encore un effort

Les TRW manifestent quai Le Gallo

Le 14 décembre, 200 salariés venus de Ramonchand dans les Vosges, ont manifesté à Boulogne devant le siège de Renault. Le groupe américain TRW veut liquider ce site de 313 personnes mis en redressement judiciaire en juillet. Les salariés se battent pour sauver leur emploi, alors que Renault, principal donneurs d’ordre avec PSA, refusait de renouveler ses commandes. La mobilisation a obligé Renault à promettre de maintenir une partie de ses commandes. Une première étape, mais Renault peut mieux faire.…