Jour : 21 février 2012

Quand les traders reniflent le pognon

Les records de vente et les prévisions de résultats financiers produisent leurs effets : l’action Renault a grimpé de 32 % depuis le 1er janvier 2012. Renault se place même dans le peloton de tête du CAC40. Il faudrait peut-être en informer le CEG qui continue à rabâcher en interne son discours sur la « crise » et les « perspectives difficile pour 2012 » ?

Un sourire à 2 milliards

En 2011, Renault a dégagé un bénéfice net de 2,13 milliards d’euros. Une hausse de 42 % par rapport à 2010, où Renault a fait 1,49 milliards d’euros de bénéfices si on enlève la vente des actions Volvo. On comprend pourquoi Ghosn a retrouvé le sourire.

Les chasseurs de prime

La direction annonce 1,084 milliard de Free Cash Flow (FCF) en 2011, soit plus du double de son objectif initial de 500 millions. Pour atteindre ce score, certains ont fait du zèle : report des dépenses, blocage des embauches… Jusqu’à demander aux salariés de poser un RTT le 22 décembre alors que les objectifs étaient déjà largement atteints. Pourquoi tant de zèle ? La prime des dirigeants est indexée sur le FCF. C’est surement un hasard.

340 millions d’euros de dividendes

Le dividende par action passe de 30 centimes à 1,16 € cette année : une hausse de 286 % ! Avec un nombre total de 296 millions d’actions Renault, 340 millions d’euros seront donc versés aux actionnaires. Augmenter les 36 000 salariés Renault de 300 € nets reviendrait à 250 millions par an, cotisations sociales inclues. Augmenter les salaires plutôt que les actionnaires, c’est même plus économique !

Trois ans d’austérité, ça suffit !

Lors de la deuxième réunion NAO du vendredi 24 février, la direction doit annoncer les augmentations de salaires pour 2012. La veille, jeudi 23 février, plusieurs syndicats du Technocentre appellent à une heure de débrayage pour les salaires. Cela sera le cas aussi sur de nombreux autres sites Renault. Après trois années de vaches maigres, c’est le moment d’exiger un véritable rattrapage de salaire.

Toujours plus

Les deux Carlos ne ménagent pas leurs efforts pour expliquer qu’il n’y a pas de contradiction dans leur discours entre les bons résultats de Renault d’une part, et les nouveaux efforts qu’ils demandent aux salariés d’autre part. La hausse prévue des ventes mondiales en 2012 ne suffit pas. L’objectif en interne est désormais une MOP (Marge Opérationnelle) de 5 % en 2013, contre 2,6 % cette année. Un seuil atteint seulement 2 fois ces 12 dernières années, où la moyenne…

Coufix, l’irréductible

La baisse des coûts fixes est devenue une idée… fixe. Dans cette rubrique, la direction compte les loyers, l’amortissement des investissements ou encore… les salariés en CDI. Baisser les coûts fixes, c’est politiquement plus correct que bloquer les salaires ou réduire les effectifs. Mais au final, c’est bien ça que ça veut dire.

Diviser plus pour payer moins

A l’open forum du 16 février, Carlos Ghosn a commenté les résultats de l’enquête Hay menée auprès des salariés du Groupe en novembre 2011. Dans le top 3 des thèmes les plus mal notés vient la reconnaissance : « la performance ne paye pas chez Renault ». Seulement Ghosn en déduit que c’est la sous-performance qui n’est pas assez sanctionnée ! Dresser les salariés entre eux pour ne pas les payer plus : ça ne vous rappelle pas un candidat-président…

Toujours pas de PDG low cost

Avec la course à la baisse de salaires (250 € à Tanger, mieux qu’en Roumanie !) et le matraquage sur le coût du travail, il est étonnant qu’une source considérable de baisse des coûts n’ait toujours pas été identifiée : les rémunérations scandaleuses de certains membres du CEG (Comité Exécutif Groupe). Mais que fait la direction ?

Délocalisation des délocalisations

Sans états d’âme, Carlos Ghosn a affirmé que l’usine de Tanger est en fait une délocalisation de la Roumanie : les ouvriers roumains, payés en moyenne 285 € brut en 2004 (lancement de Logan), ont en effet arraché par leurs luttes des augmentations de salaire. Renault est allé chercher des salaires encore plus bas au Maroc. Egaliser les salaires par le haut ; c’est le seul moyen d’empêcher les patrons de mettre les salariés en concurrence. Alors vive les prochaines…

Une liste qui s’allonge

C’est grâce à un scanner qu’il a trouvé l’origine de son essoufflement. Un ingénieur à la retraite de Renault, atteint depuis 3 ans d’une maladie due à l’inhalation d’amiante, vient d’être reconnu en Maladie Professionnelle. Il avait travaillé au Siège et au J7 à Billancourt, désamianté seulement en 1995. La Sécurité Sociale a reconnu son exposition passive : il ne manipulait pas d’amiante directement mais la respirait dans les bâtiments où il travaillait. Après la condamnation d’Eternit en Italie, on…

Renault vous prête votre argent

RCI Banque, filiale à 100 % de Renault, lance un livret d’épargne : Zesto. Ouvert aux salariés Renault puis à l’extérieur, il permettra de ramener des fonds afin de financer les crédits automobiles du groupe. Après avoir pressé les salariés comme des citrons, la direction espère bien en tirer encore un zeste.