Jour : 15 novembre 2011

Merci qui ? Merci DPSI !

Dans une vidéo, la Direction de la Performance du Système Industriel a découvert les bases de la reconnaissance et de la motivation : dire bonjour et merci ! Le « salarié exemplaire » aura en plus un cadeau « merci DPSI » de son manager, comme les smartbox données à la DIV. On a évité le bon point.  

Une haynième enquête

Renault lance une nouvelle enquête sur la « motivation et la qualité du management » auprès de 21 000 salariés du groupe tirés au sort dans le monde. Et c’est encore le groupe Hay qui s’y colle. La dernière enquête en 2010 avait montré un manque de reconnaissance. Pour y remédier, la direction n’ a pas trouvé mieux que de distribuer des smartbox à la DIV, et maintenant des « mercis » à la DPSI ! Plus il y a…

Vol avec CEFraction

Renault persistant à débiter abusivement les Comptes Épargne Formation (CEF), plusieurs syndicats ont décidé d’aller en justice : la CGT, rejointe par la CFTC, porte plainte au Tribunal de Grande Instance (TGI) de Nanterre et SUD aux Prud’hommes de Versailles. Lors de l’audience du 8 novembre, la CGT a demandé au TGI de faire interdire les débits abusifs du CEF par Renault et de recréditer les comptes débités pour des formations qui ne sont pas à l’initiative des salariés, imposées…

Quand ça va, ça ne va toujours pas

Des ventes en hausse de 6,7 % : les résultats du groupe Renault du 3e trimestre sont bons. Ce qui n’empêche pas la direction de diffuser des messages alarmants sur 2012 et les menaces de récession en Europe à cause de la crise des dettes. Le pire est toujours devant nous : c’est le leitmotiv de la direction pour justifier ses cures d’austérité. Il n’y a pas de raison que les salariés payent leur crise.

Mort dans d’atroces souffrances

Le 7 novembre 2011, la cour d’appel de Limoges a reconnu que Renault avait commis une faute inexcusable envers Raymond Dumas mort en 2006 d’une asbestose, une maladie liée à l’inhalation d’amiante durant ses 36 années d’activité à Renault Billancourt, dont une partie à l’atelier 57. « De la gêne respiratoire à l’étouffement malgré l’appareil à oxygène, de l’affaiblissement à un délabrement physique total, Raymond a vécu au cours des cinq dernières années de sa vie une déchéance progressive et…

Merci qui ? Merci DPSI !

Dans une vidéo, la Direction de la Performance du Système Industriel a découvert les bases de la reconnaissance et de la motivation : dire bonjour et merci ! Le « salarié exemplaire » aura en plus un cadeau « merci DPSI » de son manager, comme les smartbox données à la DIV. On a évité le bon point.

Ascenseur en panne

Renault va modifier les filières de promotion des ETAM au statut cadre. La direction présente ce système comme un « ascenseur social pour les ETAM à potentiel ». Un potentiel dont elle est la seule juge, selon ses seuls critères. Bilan : la stagnation salariale pour la majorité des ETAM et pour une minorité, le passage cadre reste un parcours du combattant. C’est tout le système qui est à revoir.

Ras-le-bol des bas salaires et du sous-effectif

A Lardy, les salariés du nettoyage de TFN sont en grève depuis lundi dernier. Hier lundi, les agents de sécurité de Samsic s’y sont mis aussi. A Rueil, les salariés du nettoyage d’Isor viennent de faire une semaine de grève…. A chaque fois, les revendications portent sur des augmentations de salaires et d’effectifs. Sans compter les inquiétudes liées au renouvellement des contrats de prestation. Partout les problèmes sont les mêmes : et si on s’y mettait tous, prestataires et Renault…

FDPA : la force de la grève

Après avoir obtenu le retrait du « plan de compétitivité » qui aurait entraîné une baisse de 25 % des salaires, les salariés des Fonderies Du Poitou Aluminium (FDPA) près de Châtellerault ont repris le travail à l’issue de 8 semaines de grève. Maintenantt le tribunal de commerce, qui administre l’entreprise depuis le dépôt de bilan par Montupet, laisse 6 mois pour trouver un repreneur. Et si repreneur il y a, rien ne garantit qu’il ne cherche aussi à baisser…

Le mensonge permanent

Christian Estrosi, l’ex-ministre de l’industrie, a dénoncé sur France Info jeudi dernier « le mensonge permanent des dirigeants de Renault », coupables à ses yeux de « faire produire par Nissan les batteries électriques de l’usine de Flins » et de ne jamais tenir leurs engagements. Et il en connaît un rayon. Mais le scandale est que les embauches prévues auront non seulement au moins un an et demi de retard, mais qu’elles passeront de 550 à 220. Et les…