Jour : 15 juin 2011

Hayscroquerie

La lettre de transparence envoyée aux cadres et aux ETAM compare comme chaque année les rémunérations à Renault par rapport à un panel de sociétés choisies par le cabinet Hay, montrant qu’à Renault on est mieux payés que la moyenne. Le panel est confidentiel. La lettre des ETAM stipule seulement que son périmètre est mondial ! En clair, on serait mieux payé ici qu’en Inde ou au Maroc… tant qu’on lutte pour nos salaires !

Des chiffres et des lettres

Selon la lettre de transparence, les cadres et les ETAM ont eu 3 % d’augmentation de salaire en moyenne. C’est bien ce qu’on avait compris : on est loin du compte. Surtout que c’est une moyenne : un ETAM sur deux par exemple a touché seulement 1,7 % d’AGS. C’est au moins 300 € d’augmentation pour tous qu’il faudrait.

PPG : Pas Pour les Grouillots

La direction ne pousse pas la transparence jusqu’à donner le montant des primes « dispositifs groupe » (Prime de Performance Groupe, PPG, ou Prime Variable Groupe, PVG) versées aux cadres dirigeants. On sait seulement que Ghosn a renoncé à la sienne : 1,6 millions d’euros, soit 130 % de sa part fixe. Cela donne un ordre de grandeur.

Les salariés font leur propre animation

Vendredi 10 juin, il y avait toujours du monde et de l’ambiance dans le hall de la Ruche. Ces rassemblements (le 17ème depuis 4 mois, soit un meeting quasi-hebdomadaire sur les salaires, l‘emploi et les conditions de travail) ne sont pas du goût de la direction. Pourtant comme animation dans le hall, celle-ci ne coûte rien. Raison de plus pour remettre ça vendredi 17 juin à 10h au même endroit.

Individualisation, piège à c…

En octobre dernier, la direction vantait l’extension de l’individualisation des rémunérations des cadres aux ETAM et la suppression des AGS. Bilan du plan de promotion des cadres 2011 : 4 % des cadres n’ont eu aucune AI (Augmentation Individuelle). 19 % n’ont eu que 1,5 %. Presque un quart des cadres sont donc en dessous des AGS. Pour la prime de performance individuelle (dispositif Renault sas), ce n’est guère mieux : 4 % des cadres n’ont rien. 90 % ont…

Racisme indigeste au Botanique

« J’en ai marre de travailler avec des Noirs » : c’est ainsi qu’en plein service le midi, le chef cuisinier du Botanique s’en est pris publiquement à d’autres salariés d’Avenance. Une goutte qui a fait déborder le vase et qui lui a valu trois jours de mise à pied. Les salariés du Botanique demandent sa mutation. En espérant que cela serve de leçon : le racisme est un poison qui divise les travailleurs.

Lardy comprendre rien

Vendredi, les salariés de l’atelier véhicule L41 à Lardy ont porté à leur chef de département une pétition sur les salaires et les conditions de travail. Un militant SUD s’est aussitôt fait convoquer. Par solidarité, les salariés du L41 et des délégués CGT l’ont accompagné. Si ces chefs croyaient régler le mécontentement sur les salaires, c’est raté !

Perco… lutteur

Renault veut créer un PERCO. Ce Plan d’Epargne pour la Retraite Collectif est issu des dernières réformes sur les retraites, qui diminuent les allocations du régime par répartition et ouvrent la voie à la retraite par capitalisation. Il serait alimenté par l’intéressement, les RTT ou des versements volontaires du salarié et abondé par l’employeur qui bénéficie de déductions fiscales. L’argent est ensuite joué en Bourse. En fait le PERCO c’est : chacun pour soi, des cotisations en plus pour ceux…

Un acharnement nauséabond

La cour d’appel de Versailles a confirmé la reconnaissance en accident du travail du suicide de Raymond, ETAM au TCR en passage cadre. Avant de se pendre chez lui en 2007, il avait écrit : « Je ne peux plus rien assumer, ce boulot c’est trop pour moi, ils vont me licencier et je suis fini. » Comme pour Antonio, la direction de Renault avait fait appel. Un acharnement judiciaire qui se retourne une nouvelle fois contre elle.

Les derniers jours des forfait-jours ?

Déjà condamnés quatre fois par le conseil européen, les forfaits-jours passent en cour de cassation suite à la plainte d’un cadre commercial qui réclame le paiement d’heures supplémentaires. Ce système, créé en 2000 par la loi Aubry sur les 35h et qui permet de travailler jusqu’à 78h/semaine sans heures supplémentaires, concerne 11 % des salariés en France et 54 % à Renault Guyancourt. L’Etat français se sert souvent de décisions européennes contre les travailleurs, comme pour lever l’interdiction du travail…