Le vrai-faux recul de la direction

Face au tollé suscité par son projet de samedis obligatoires, la direction de Renault en a présenté une nouvelle version, qualifiée de « concession ». C’est en fait le même système que chez PSA, qui se traduit par de nombreux samedis travaillés obligatoires.
Dans les périodes de basse activité, la direction imposerait des jours non travaillés, ce qui se traduirait par un compteur CTC (Capital Temps Collectif) négatif. En période de haute activité, les salariés devraient alors « rembourser » ces jours de CTC en travaillant le samedi de façon obligatoire.
Sortis par la porte, les samedis travaillés obligatoires reviennent donc par la fenêtre. Question flexibilité, la direction a vraiment une grosse longueur d’avance.

travail-dimanche-2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.