Job grading : des salariés pesés, cotés, isolés, divisés…

Share

 


 

Après le permis, le salaire à points

 

C’est la dernière coqueluche de la direction de Renault : le job grading. Ce système évalue chaque poste selon des critères de compétences, d’initiative et de responsabilité.

 

Chaque critère est noté et donne un nombre de points, dont le total correspond à un grade et à une rémunération (salaire mini, maxi et médian) définie par le « marché ». Evidemment plus il y a de points, plus le grade est élevé, plus le salaire et les primes sont élevés. Avec ce projet, fini les grilles de rémunération et de qualification Renault.

 

Une évaluation très subjective faite par les RH, les managers et des conseillers de la société Hay. Une rémunération de plus en plus individualisée et dépendant du « marché ».

 

De quoi mettre davantage la pression sur chaque salarié : un projet à combattre. (Après le permis, le salaire à points – l’étincelle du 30 octobre 2012)

 


 

Passez 3C grâce au Job grading

 

niveaux job gradingDur de s’y retrouver dans le Job Grading, présenté en réunion d’UET. Les postes seront cotés sur 7 niveaux de responsabilité : du plus bas (L3C, L3B, L3A) au plus haut (L1B, L1A pour le top management) en passant par L2B ou L2A. Mais aucun référentiel n’est fourni (pratique pour la mobilité). C’est l’arbitraire.

 

Ces cotations déterminent des niveaux de rémunération établis selon le marché, mais ils ne sont pas donnés. Et il est question d’étendre ensuite ce système aux ETAM.

 

Bref : une usine à gaz pour prouver qu’on est trop payé et pour nous diviser.

 


 

Une cote mal taillée

 

Les ingénieurs et cadres du TCR ont été informés individuellement de leur cotation selon Job Grading : L3C, L2B…

 

Mais pas moyen de savoir comment leur cotation a été décidée et comment ils ont été notés sur les critères et les sous-critères du Job Grading ?! Aucun référentiel, ni cartographie des postes ne leur ont été donné non plus.

 

Ainsi des cadres ayant des fonctions similaires ont été cotés différemment : ça fait désordre ! Toutes ces cachotteries visent donc à éviter les contestations.

 


 

Avoir la cote ou pas

 

bande de salaire 2 Côté rémunération, les nouveaux critères et cotations du Job Grading auront un impact sur les prochaines augmentations et primes.

 

Si on est déjà payé au « maximum du marché » de sa cotation, il faudra changer de poste pour être augmenté.

 

Quant au « niveau de responsabilité », il déterminera le niveau de sa rémunération variable. Ce sont donc les plus gradés qui toucheront les plus grosses primes.

 


Le Job grading : comment ça marche ?

 

 

A lire également :

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.