Iran : le nucléaire… et le reste

Malgré la reprise des sanctions contre l’Iran par les USA, les constructeurs automobiles français s’accrochent. Renault projette d’y ouvrir un centre d’Ingénierie, et une usine à Saveh au sud de Téhéran. En plus d’un vaste marché, Renault et PSA disposent en Iran de travailleurs formés, moins payés encore qu’en Europe de l’Est, et sous la coupe d’un Etat qui interdit toute « propagande contre le régime » et pour qui les grèves sont des « conspirations portant atteinte à la sécurité nationale » et susceptibles d’années de prison. Des atteintes aux droits des travailleurs qui ne suscitent aucune sanction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.