Duo et double discours

Tavares a semé le doute à l’Open Forum, répondant que sur l’emploi « nous n’excluons rien. » Et d’expliquer que c’est « l’optimisation des ressources humaines » qui permettra de se sortir de la crise. Chez Ghosn, même son de cloche : « Aujourd’hui, le principal sujet de Renault, notre urgence même, c’est notre compétitivité en France [qui] est un sujet de survie. »
Pourtant dans Le Figaro, Ghosn affirme que « notre situation financière n’est pas préoccupante ». Les Echos annonce même une augmentation des dividendes versés par Renault au printemps prochain. Le discours alarmiste est surtout réservé aux salariés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.