Carlos gone, Carlos back

« Il n’y a qu’un seul patron chez Renault et c’est moi. ». Accusé de ne pas assez se consacrer à Renault et trop à Nissan, Ghosn lance une opération de charme visant à « reconquérir » Renault. Il annonce dans les médias qu’il sera « davantage présent en France », et qu’il va reprendre la main sur le haut de gamme, les ressources humaines, la communication ou la sécurité. Avec l’annonce la semaine dernière du décalage du plan gamme, six mois à peine après son lancement par le même PDG, ça commence plutôt mal.
« J’avais trop délégué. Il y a eu des débordements », selon Carlos 1er. La responsabilité dans l’affaire d’espionnage ou dans l’ambiance délétère chez Renault, ce n’est donc pas lui : ce sont les autres. Reste à savoir si les salariés de Renault réclament plus de Ghosn… ou moins de Ghosn ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.