Après Ghosn, à qui le tour ?

L’enquête menée par Nissan sur Ghosn a de quoi susciter des sueurs froides chez certains directeurs de Renault. Selon celle-ci, RNBV, la filiale commune Renault-Nissan basée à Amsterdam, pourrait abriter des pratiques douteuses impliquant un ou plusieurs dirigeants de Renault. « Plusieurs membres du Conseil exécutif sont également administrateurs de la société ZI-A Capital », une filiale de Nissan aux Pays-Bas qui aurait financé, via un paradis fiscal, les résidences privées de Ghosn à Rio et Beyrouth… A Renault, l’enquête interne a blanchi Ghosn et on se serre les coudes… jusqu’à maintenant.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.